Suriname : report d’exploitation pétrolière, Chan Santokhi prend acte
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
CHEZ NOS VOISINS

Suriname : report d’exploitation pétrolière, Chan Santokhi prend acte

Eric GERNEZ, à Paramaribo
L’ensemble du projet d’exploitation est repoussé, a confirmé le président surinamais
L’ensemble du projet d’exploitation est repoussé, a confirmé le président surinamais • ©EG

Nous écrivions, hier, au sujet du report de mise en exploitation par Total. ‘’C’est un revers et une déception’’, a déclaré le Président Santokhi.

Conférence de presse
Après l’annonce du PDG de TotalEnergies, Patrick Pouyanné, rendue publique, le Président du Suriname, Chan Santokhi s’est adressé à la presse. Avec ce énième report, les plans du gouvernement sont menacés, a-t-il déclaré. Avec le rééchelonnement des dettes, le remboursement a été étiré jusqu’en 2035. « Il est bon que les gens sachent que la dette que nous avons ne sera pas remboursée avant 2035 », a-t-il déclaré. « Mais ce calendrier n’incluait pas les revenus pétroliers et gaziers. Mais si nous pouvons intégrer ce revenu dans la chronologie, il y aura plus de détente, plus d’espace et la pression s’éloignera de nous. »

Lire dans notre édition du 7 octobre : Total en pause au Suriname, une réalité sismique
FMI et dettes
« Toute notre planification est maintenant repoussée », poursuit le Président. L’ensemble du projet d’exploitation est repoussé. L’inclusion des recettes pétrolières et gazières dans le calendrier du FMI est incertaine. Et les 20% d’actions de Staatsolie dans l’exploitation ne peuvent pas être capitalisées.
Total continue l’exploration
Les activités de Total dans l’exploration, elles, continuent. Ce programme n’est pas interrompu. La partie mise en pause correspond au programme d’installation de l’unité de production, celle-là-même qui représente 10 milliards de dollars et qui consacrera le Suriname dans le club des pays producteurs de pétrole.
Staatsolie
Annand Jagesar, le PDG de Staatsolie, compagnie nationale exploitant les ressources énergétiques, semble serein : « Nous avons eu des consultations avec M. Pouyanné en septembre et ce message est cohérent avec les accords que nous avons conclus à l’époque. » Alors que Staatsolie s’apprête à vendre aux enchères un certain nombre de blocs en eau profonde, l’information ne tombe cependant pas vraiment au bon moment.
Retour sur terre
Des collaborateurs du gouvernement commencent à s’inquiéter du manque de diversité de l’économie.

Le député VHP Gajadien parle d’un avertissement et souligne l’importance de commencer à se tourner vers d’autres secteurs pour diversifier les sources de revenus. Le Suriname va-t-il un jour s’occuper sérieusement de son potentiel agricole ?
Compte à rebours ?
Notre confrère surinamais United News, cite une source affirmant : « TotalEnergies ira de l’avant ou fermera la porte, parce que vous ne pouvez pas continuer à gaspiller de l’argent sur un mauvais projet », donc, soit ça passe à mi 2023, soit ça casse.


Vécu comme un électrochoc, l’annonce de Total à bouleversé l’horizon. Le fait positif remarquable est la nouvelle approche de communication par le Cabinet du Président. La réponse à été excellente et transparente. Marque-t-elle le signal d’un nouveau mode de gestion des affaires ?