• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Nature : Envol avec les abeilles « Buckfast », des travailleuses sympathiques

Jade Letard-Methon Dimanche 22 Novembre 2020 - 21h33
Nature : Envol avec les abeilles « Buckfast », des travailleuses sympathiques
Résistante aux maladies, prolifique et hygiénique sont autant de traits de caractère qui peuvent définir l'abeille Buckfast - Jade Letard-Methon

Elle est utilisée partout dans le monde car très appréciée pour ses nombreux traits de caractère. En Guyane, son croisement avec l’espèce d’abeille locale facilite le travail de certains apiculteurs locaux. Pause nature à la découverte de l’abeille Buckfast, une des chouchoutes du monde apicole.

C’est une abeille apis melifera pas comme les autres qui fait le bonheur de Bruno Gaucher et de tant d’autres apiculteurs à travers le monde. Avec sa robe jaune et noire, qui ne se démarque pas particulièrement de ses cousines, l’abeille dite « Buckfast » a plutôt bonne réputation. C’est que ce petit insecte est réputé pour sa douceur caractéristique. Une douceur qui ne laisse pas le patron de l’entreprise « Miel de Guyane » insensible. Equipé de son enfumoir, c’est en chemisette légère, en savates et sans voilette que Bruno Gaucher nous fait pénétrer dans l’univers de ses collaboratrices travailleuses.

Avant chaque ouverture de ruchette, l'enfumage est une étape essentielle - Jade Letard-Methon


Sur le chemin qui mène aux ruchettes, le passionné d’abeilles nous refait un petit point d’histoire pour mieux comprendre la provenance de la variété. La Buckfast, c’est avant tout l’histoire d’une abeille résiliente. Au siècle dernier, des milliers de colonies d’abeilles sont décimées dans les îles britanniques par l’acarien des tranchées, acarapis woodi. Mais, dans le sud de l’Angleterre, un moine, le frère Adam de l’abbaye de Buckfast, observe ingénieusement que certaines abeilles ne sont pas mortes. Ils sélectionnent les plus résistantes d’entre elles qu’il croise à d’autres variétés, toujours de l’espèce apis melifera. À force de croisements génétiques, le frère Adam finit par stabiliser cette variété qu’il nomme Buckfast. Depuis, les croisements et les sélections n’en finissent plus pour tirer le meilleur d’une abeille déjà remarquable.
Une abeille relativement casanière

Si l’abeille Buckfast plaît autant, c’est pour ses qualités qui diffèrent de ses cousines. L’apiculteur de Sinnamary considère qu’il s’agit d’une abeille « douce, qui résiste à certaines maladies et très hygiénique ». « Elle s’épouille et se nettoie bien », continue encore Bruno Gaucher. Mais s’il y a bien un avantage que l’homme tient à mettre en avant, c’est le fait que l’abeille Buckfast essaime peu. Comprenez qu’elle préfère généralement rester sagement dans son logis plutôt que d’aller trouver refuge ailleurs.

Les abeilles Buckfast sont appréciées des professionnels car elles essaiment peu - Jade Letard-Methon


L’essaimage, les apiculteurs le tiennent un peu en horreur puisqu’il s’agit tout bonnement de la division de la colonie. « Il y a une partie de la colonie qui part pour s’installer dans les compteurs d’eau, dans les compteurs électriques, dans les toitures de maisons et c’est toujours un problème de santé publique puisqu’il y a des gens qui se font attaquer », explique Bruno Gaucher. Et cette réputation, la Buckfast ne l’a pas volé. Quand l’apiculteur enlève le toit de la ruchette, à peine quelques abeilles s’envolent pour nous entourer, sans agressivité. Tout le reste de la colonie reste agglutiné sur les cadres en bois. On peut même observer la reine, reconnaissable à sa « couronne » bleue, une marque visuelle chatoyante qui vise à indiquer son année de naissance.
Un vrai travail de sélection

En Guyane, certains producteurs de miel comme Bruno Gaucher préfèrent travailler avec des « ouvrières métissées ». Ces abeilles sont issues d’un croisement entre une reine Buckfast et les mâles (NDLR : faux bourdons) de l’espèce locale dite « abeille africanisée ou brésilienne ». Un insecte réputé un chouïa agressif. « Grâce à ce petit travail de sélection, on arrive à avoir une abeille plus douce, plus prolifique, qui produit du miel, très résistante et qui essaime peu ».

La reine Buckfast est identifiable grâce au point de peinture ou à la pastille de couleur bleue, blanche, jaune, rouge ou verte, qui indique son année de naissance - Jade Letard-Methon


Pour arriver à ce résultat, un apiculteur fait venir 2 ou 3 reines Buckfast qui sont installées dans des petites ruches, les ruchettes. Leurs œufs et les larves sont récupérés et utilisés pour en faire un « greffage », c’est-à-dire que l’on va prélever des larves de moins de 3 jours que l’on va mettre dans des ébauches d’alvéoles royales. Le but est d’en faire un élevage dans une colonie sans reine où des petites reines Buckfast vont finir par voir le jour. À la suite de toutes ces manipulations humaines, la reine des abeilles déploie ses ailes, pour la seule et unique fois de sa courte existence, pour son vol de fécondation et la suite, vous la connaissez…

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
Guyane

Nouvel accident mortel sur la RN1

S.Z. - Lundi 11 Janvier 2021

A la une
1 commentaire
2 commentaires
7 commentaires
12 commentaires

Sports

1 commentaire
Une

Coupe de France : L’US...

Alain PAULMIN Jeudi 14 Janvier 2021
Vie Locale

Décès de Maurice Ho-Tram-Foo,...

Samir MATHIEU Mercredi 13 Janvier 2021
Une

Judo: A six mois des Jeux de...

Mercredi 13 janvier 2021