France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Léon Bertrand est sorti de prison

Samir MATHIEU Mercredi 24 avril 2019
Léon Bertrand est sorti de prison
Léon Bertrand - archives

L’ancien ministre de Jacques Chirac a été remis en liberté sous surveillance électronique hier en début d’après-midi. La justice a considéré qu’il pouvait finir de purger sa peine dehors. Une victoire après des mois d’une bataille acharnée pour recouvrer la liberté.

Léon Bertrand va pouvoir fêter son 68e anniversaire en famille le 11 mai. La justice a délibéré en sa faveur. La chambre de l’application des peines a confirmé. La décision était attendue depuis de longs mois par le principal intéressé. La chambre de l’application des peines a décidé de remettre l’ancien maire de Saint-Laurent du Maroni en liberté, sous contrôle électronique avec donc le port d’un bracelet électronique. Il s’agit en fait de la confirmation de la décision rendue le 22 mars par le collège des juges d’application des peines. Elle avait été suspendu suite à l’appel émis par le parquet de Cayenne le 25 mars. La décision était applicable aussitôt rendue.

Léon Bertrand était incarcéré à la maison d’arrêt de Rémire-Montjoly depuis le mois de septembre. Il avait été condamné le 7 mars 2017 par la cour d’appel de Basse-Terre à une peine de trois ans d’emprisonnement, à la privation de ses droits civiques, civils et familiaux pendant trois ans et à une amende délictuelle de 80 000 euros pour atteinte à la liberté d’accès ou à l’égalité des candidats dans les marchés publics et pour corruption passive. Lors de l’appel, Yoland Labonne, avocat général au parquet général de la cour d’appel de Cayenne, n’avait opposé qu’une seule réserve à cette remise en liberté : le fait que cette libération soit « prématurée ».

Les arguments qui ont fait pencher la balance

Léon Bertrand avait déjà fait plusieurs demandes de remise en liberté, qui jusqu’à présent avaient toutes été refusées. Plusieurs facteurs sont entrés en ligne de compte, cette fois. Léon Bertrand a modifié sa stratégie. Il avait d'abord pris un duo de choc pour le défendre lors des procès à travers maître Jérôme Gay, du barreau de Cayenne et maître Philippe Edmond-Mariette, du barreau de la Martinique. Jérôme Gay a notamment assuré tout le travail à l'échelle de la Guyane et était à ses côtés et l'a soutenu lorsque Léon Bertrand s'est retrouvé affaibli en détention lors des fêtes de fin d'année. En février, Léon Bertrand s'est adjoint des services de maître Patrick Lingibé, ancien bâtonnier du barreau de Cayenne. Dans un second temps, Léon Bertrand a fini de payer l’intégralité de l’amende de 80 000 euros à laquelle il avait été condamné (il en avait payé 79% au 22 mars). Et puis, il a présenté, par la voie de son avocat, un projet complet de réinsertion. Car Léon Bertrand veut entamer une nouvelle vie.

La vie d’après

La page de la politique semble bel et bien tournée pour l’ancien ministre qui va se concentrer sur les actions caritatives. Son avocat a plaidé pour quatre axes de travail, dans le cadre de sa réinsertion. Léon Bertrand va s’investir dans les œuvres sociales. Il va notamment s’engager dans la lutte contre l’illettrisme. L’ancien maire accorde une place toute particulière à ce facteur de développement a défendu son avocat devant les magistrats. Léon Bertrand veut également devenir un médiateur entre les communautés. Lui qui parle plusieurs langues veut favoriser le dialogue entre les différentes communautés pour qu’elles fassent mieux que vivre les unes à côté des autres. Léon Bertrand va également soutenir les dons pour le Secours catholique comme il l’avait déjà fait savoir à travers la parole de son avocat lors des précédentes audiences. Et puis, l’ancien élu semble avoir conforté sa foi pendant sa détention et sera plus que jamais proche de l’église catholique.

S. M.

« Peut-être le jour le plus heureux de sa vie »

C’est une belle victoire pour votre client et pour vous ?

Oui, je pense surtout à M. Léon Bertrand. Je pense à lui. Le dossier que j’avais présenté devant le tribunal de l’application des peines était motivé. C’est pour ça d’ailleurs que le tribunal m’a suivi. Et celui de la cour d’appel, je l’avais encore plus motivé, sur deux axes qui n’avaient pas encore été traités, qui était d’une part le règlement de l’amende qui avait été payé à 79%, et qui l’est désormais dans son intégralité. Et le deuxième axe, c’est sur le projet de vie, qui est un projet sérieux ! Tout a été vérifié par les services pénitentiaires d’insertion et de probation. On a donné des arguments, les bons.

Quel est ce projet de vie qui a pesé dans la décision de la chambre d’application des peines ?

L’un des points forts, c’est l’alphabétisation, où Léon Bertrand se propose, et cela a été validé, de faire des cours d’alphabétisation pour les petits de la région de l’Ouest. Il y a d’autres axes. C’est tout ce qui relève de la pacification de la médiation entre les communautés. J’ai démontré, tant en première instance que devant la cour d’appel, que toutes les tentatives de mixité sociales avaient échoué dans l’Ouest à Saint-Laurent. Le troisième axe, c’est tout ce qui concerne la présence de Léon Bertrand dans la distribution de dons au Secours catholique. Enfin, le quatrième axe, qui n’en est pas moins fort, c’est que Léon Bertrand entend s’impliquer encore plus qu’avant dans les activités ecclésiastiques, notamment pour l’église de Saint-Laurent.

Vous l’avez rencontré à sa sortie de prison. Que va-t-il se passer dans l’immédiat ?

Tout d’abord, il va rejoindre ses proches et aura la pose de son bracelet électronique. Je pense que l’isolement, puisqu’il était dans une cellule individuelle sans activité, transforme quelqu’un. Je crois qu’il a eu le temps, beaucoup, beaucoup de temps, de méditer sur sa vie et ses projets. Et je pense que c’est peut-être l’un des plus beaux jours de sa vie. Moi qui suis très empreint de liberté, j’avoue que la liberté n’a pas de prix. Il faut savoir que le régime du bracelet électronique, c’est le fait qu’il exécute sa peine en dehors du centre pénitentiaire. Et le mot fort que j’ai eu devant le tribunal des affaires des applications des peines et surtout devant la cour d’appel c’était de dire : « La question que l’on doit se poser, c’est le maintien en détention de Léon Bertrand au centre pénitentiaire est-il utile à la société ou pas ? C’est la vraie véritable question. Ils ont suivi ce que j’avais proposé en disant que je n’y croyais pas et qu’il serait plus utile à l’extérieur. Les deux juridictions y ont répondu favorablement. Et je pense que c’est un atout pour la Guyane. Je pense que Léon Bertrand, dans sa seconde vie, sa vie sociétale, puisqu’il a tourné la page de la politique, a beaucoup à apporter à la Guyane et à l’Ouest.

Propos recueillis par Samir MATHIEU

Me Patrick Lingibé avocat au barreau de la Guyane, ancien bâtonnier - BERNARD DORDONNE
« Ils ont mis du temps à le libérer »

« C’est une très bonne chose. Je ne peux qu’en être satisfait. Je pense qu’il a été condamné. Il a fait une partie déjà lorsqu’il était aux Antilles. Là, ils ont mis du temps à le libérer quand on voit qu’ailleurs, Cahuzac, qui a été lourdement condamné aussi, n’a pas fait de prison du tout pour des faits bien plus graves que ça. On voit qu’il y a deux poids deux mesures. Je ne remets aucunement en cause sa condamnation. La justice a tranché donc ce n’est pas à nous de se positionner là dessus. Mais aujourd’hui, je suis tout à fait heureux qu’il puisse rentrer chez lui et qu’il puisse purger le reste de sa peine auprès des siens. C’est tout ce qu’on peut lui souhaiter. »

Davy Rimane - Samir Mathieu
« Je suis très satisfait »

« Je suis très très satisfait. Léon Bertrand est un très bon ami, depuis de longues années. Je n’avais aucun problème avec Léon Bertrand. C’est mon ami maire, quoi ! »

Paul Martin - Pierre-Yves Carlier
Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
8 commentaires

Vos commentaires

skol973 25.04.2019

Je suis très heureux de sa libération. Il a fait beaucoup pour les communes de l ouest. N oubliez pas le combat qu il a accompli pour prouver à l INSEE que le recensement était mal fait à SLM, c est pourquoi, cette commune était sous tutelle et aujourd'hui, les finances sont saines. Cet homme est dangereux pour l état français car il a refusé de vendre son pays, ce qui n'est pas le cas de beaucoup d autres corrompus de notre belle Guyane.

Répondre Signaler au modérateur
xxl 25.04.2019
MAUVAIS KARMA

Je pense qu'il faudra éviter tout ce qui est presse, interview, politique, et se consacrer à sa petite famille, se faire oublier complètement. BON COURAGE N'homme

Répondre Signaler au modérateur
Keskimariv 24.04.2019
Ne ne veut nullement juger

Oui, je suis d'accord qu'il soit libéré parce que beaucoup ont commis des faits aussi graves sinon plus et ne sont pas inquiétés
Donc, deux poids deux mesures
Il faut que la justice soit la même pour tous les Français

Répondre Signaler au modérateur
jess 24.04.2019

voilà qu'on en parle plus qu'il laisse la place aux honnêtes gens.

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 24.04.2019

Il ne manque plus que l'évêque pour célébrer la résurrection...

Répondre Signaler au modérateur
xxl 24.04.2019
G MANVUSSA

SOYEZ HUMAIN

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 24.04.2019

Donc si l'on veut parler de pluralisme sont interviewés l'avocat de Léon Bertrand Maître Lingibé, Davy Rimane que Bertrand a soutenu aux Législative et Paul Martin maire de Grand Santi depuis bien longtemps...

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 24.04.2019

C'est de la réécriture de l'histoire, de l'angélisme, du cirage de pompes à tous les étages. Un duo de choc d'avocats extraordinaires, alors une simple question : pourquoi Léon Bertrand a-t-il changé d'avocat ?

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
4 commentaires
A la une

Sports

1 commentaire

Les résultats sportifs du...

Mardi 21 mai 2019

Apatou s’était pourtant...

Mardi 21 mai 2019