• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Vie associative

Kaz'avenir veut venir en aide aux LGBT+ en Guyane

Samuel Zralos Vendredi 28 Août 2020 - 17h43
Kaz'avenir veut venir en aide aux LGBT+ en Guyane
Le logo de l'association Kaz'avenir LGBT+ - Kaz'avenir

Créée en juillet 2020, l’association propose des hébergements solidaires aux personnes LGBT+ victimes d’exclusion et veut sensibiliser la Guyane à l’homophobie et à la transphobie. Elle prend le relais du refuge Guyane.

Nouvelle venue dans le tissu associatif guyanais, Kaz’avenir dispose en réalité d’un noyau expérimentée. « En juillet dernier, salariés et bénévoles du Refuge Guyane ont quitté collectivement cette association. L’équipe est restée soudée » et a créé dans la foulée une nouvelle structure pour continuer leur action et la rendre plus adaptée au territoire guyanais, explique Steven Kuzan, président du nouveau collectif et ex-coordinateur outre-mer du Refuge. 

Comme son prédecesseur, Kaz’avenir veut « venir en aide aux personnes LGBT victime d’exclusion, de transphobie, d’homophobie » et accueille celles et ceux en demande d’hébergement, cette fois sans limite d’âge et chez des habitants volontaires. La quinzaine de militants, principalement sur Cayenne, se voient également tenir des groupes de parole, mais aussi fournir une aide alimentaire, juridique ou sociale aux victimes de violences homophobes ou transphobes.
 « Déclencher la solidarité »…
 
« Enormément de besoins et d’envies », mais seulement à moyen-terme, puisqu’ils « commencent à peine », rappelle à plusieurs reprises Steven Kuzan. La priorité du moment, c’est d’être « identifiés correctement auprès de la population, pour recruter des familles d’accueil » et des bénévoles. « Le but est vraiment de pouvoir déclencher la solidarité », car les besoins sont immenses. Un mois après la création de sa page Facebook, plus de quarante personnes leur ont déjà demandé une place.
 
L’association a l’avantage d’avoir des membres déjà connus de leurs interlocuteurs, ce qui leur assure « le soutien de la préfecture et de l’ARS », affirme son président.  Ils voudraient à présent travailler plus avec l’Etat français. « Puisque nos activités sont des missions qui devraient être à la charge de l’Etat, qu’on comble leurs carences, on aimerait avoir un financement » de la France, argue le militant.
  
Pour mener à bien son action, Kaz’avenir souhaite aussi un local au plus vite : « On est train de chercher, on a demandé à la mairie de Cayenne une mise à disposition, on regarde avec d’autres associations aussi. L’idéal serait d’avoir des locaux à nous, sinon on s’adaptera ». Pour l’instant, le jeune collectif fait héberger deux personnes sur Cayenne, leur première action « dans l’urgence » depuis le lancement. 
 
…Et sensibiliser la Guyane
 
L’autre priorité des militants, c’est de « sensibiliser tout le monde en Guyane » aux problématiques LGBT+ et à la lutte contre l’homophobie. D’aider « les personnes à comprendre ce que c’est », en allant à la rencontre des populations. « La Guyane est très diverse, très réfléchie sur la thématique des différences. Si on arrive à montrer que les LGBT+ sont une différence parmi d’autres, c’est possible » de faire évoluer les mentalités, juge Steven Kuzan. 

Et face à l’hostilité de certains, la structure n’entend pas baisser les bras. « Ce serait quand même aberrant de limiter nos actions parce qu’il y a trop d’homophobie, donc on fait avec », conclut son président. 
 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
4 commentaires

Vos commentaires

jayjay5 29.08.2020
Culture

Il ne faut pas le nier : notre péyi est de culture créole et africaine et ce fléau est vu négativement dans notre société (il en va de même pour les autres composantes culturelles de la Guyane : amérindiens, chinois et brésiliens ne sont pas vraiment LGBT compatibles non plus).

Répondre Signaler au modérateur
Nespresso 29.08.2020

Seuls les LGBT sont LGBT compatibles !
Et j'insiste : peut-être aussi Mayouri santé, à force de se gaver dans tous les rateliers.

Répondre Signaler au modérateur
Nespresso 29.08.2020

Mayouri santé renait de ses cendres...

Répondre Signaler au modérateur
mikeromeo 29.08.2020

Alors honnêtement, là j'en doute vu l'objet de l'association j'en doute.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
1 commentaire
3 commentaires
1 commentaire
A la une
1 commentaire

Sports

Une

Football : les performances des...

Mickael ALCIDE Mardi 22 Septembre 2020
Une

Cyclisme : C’est reparti !

Alain PAULMIN Samedi 19 Septembre 2020
Une

Basket : la nouvelle équipe en...

Alain PAULMIN Vendredi 18 Septembre 2020