• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Fait-divers

Agression d'une pirogue de la PAF sur l'Oyapock, «nos collègues sont épuisés»

SZ Jeudi 6 Août 2020 - 15h01
Agression d'une pirogue de la PAF sur l'Oyapock, «nos collègues sont épuisés»
L'Oyapock (photo d'illustration) - DR

Après qu'une pirogue en provenance du Brésil ait foncé sur un navire de la police aux frontières française, dimanche 2 août, Willy Ranguin, secrétaire départemental Unité SGP police FO, dénonce « des faits inacceptables ».

« Des faits inacceptables. » C’est par ces mots que Willy Ranguin condamne l’agression subie par ses collègues de la police aux frontières sur l’Oyapock. Mais le syndicaliste, en soutien de ses confrères, attire aussi l’attention sur leurs conditions de travail. « Etre sur le fleuve n’est pas la mission première des fonctionnaires de police. On a accepté de le faire parce que c’était une mission capitale pour protéger la Guyane contre le Covid, et ce sur tous les fleuves frontaliers », rappelle-t-il.
Manque de matériel et de ressources

Or, ce sont des « missions qui ont une certaine dangerosité et des contraintes physiques et physiologiques très importantes », explique le syndicaliste. « Les collègues font ça depuis le mois de mars, ils ont eu quelques renforts de l’aéroport, mais aujourd'hui nos collègues sont épuisés », s’inquiète-t-il. D’autant que dans le même temps, on voit d’après lui « une montée en puissance des piroguiers qui s’organisent ». Surtout que les agents manquent « de préparation ou de matériel spécifique ».

« Il y a un manque de matériel, de ressources, d’agents frais, peut-être faut-il plus de rotations ou augmenter la part de militaires. Les policiers ont été volontaires, pas de soucis, mais peut-être faut-il un turn-over plus important pour qu’ils puissent se reposer », conclut le secrétaire départemental Unité SGP police FO.

De son côté, la Police aux Frontières sous l'égide de la Direction Territoriale de la Police Nationale doit communiquer sur ce dossier dans les prochaines heures.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

cap40 07.08.2020
génétique et endémique...

Il semblerait qu'en Guyane l'épuisement soit de nature génétique et endémique...
Qu'ils reposent donc en paix...

Répondre Signaler au modérateur
siage 07.08.2020

"nos collègues sont épuisés" Pour un syndicaliste la notion d'épuisement est très relative.
"On a accepté de le faire parce que c’était une mission capitale"
Ah bon ils peuvent refuser de travailler!!!

Répondre Signaler au modérateur
bozo 06.08.2020
emploi de policiers clandestins à leur place?

une solution pour les agents de la PAF serait l'emploi de ce qui correspond à la PAF coté Brésil, c'est à dire la police civile, qu'ils pourraient employer sans papier pour bosser à leur place...

Si le travail de la police de l'air et des frontières n'est pas de travailler sur un fleuve frontalier, alors ils servent à quoi?

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
1 commentaire
3 commentaires
1 commentaire
A la une
1 commentaire

Sports

Une

Football : les performances des...

Mickael ALCIDE Mardi 22 Septembre 2020
Une

Cyclisme : C’est reparti !

Alain PAULMIN Samedi 19 Septembre 2020
Une

Basket : la nouvelle équipe en...

Alain PAULMIN Vendredi 18 Septembre 2020