Taubira : « L'institution judiciaire doit se mettre à la portée des citoyens »
MARTINIQUE

Taubira : « L'institution judiciaire doit se mettre à la portée des citoyens »

H. BRIVAL
(Wilfrid Tereau (FAM)
(Wilfrid Tereau (FAM)

Au premier jour de son déplacement sur l'île, la ministre de la Justice a inauguré mardi la nouvelle cour d'appel de Fort-de-France. Moment empreint de solennité et de symboles.

Après trente-quatre années sur le site du Morne Tartenson, c'est à l'angle des rues Moreau-de-Jonnes et Perrinon que se trouve depuis le 27 avril dernier la plus haute juridiction de la Martinique.
« Aujourd'hui, c'est le droit à travers cette cour d'appel qui reprend place en majesté au coeur de la ville » , tonne Christiane Taubira, la ministre de la Justice venue inaugurer le bâtiment.
Hier matin, la visite de la garde des Sceaux dans ces lieux avait débuté par le traditionnel coupé de ruban. Inaugurant ainsi, un bâtiment attendu depuis de nombreuses années par les greffiers, les magistrats ou encore le personnel administratif. Un moment riche en émotion et de symboles pour elle comme pour les personnes présentes à cette manifestation.
À ses côtés, le révérend Jesse Jackson (qui a visité le Mémorial ACTe avant, lire notre édition de mardi), qu'elle a rencontré un peu plus tôt dans la matinée et à qui elle a demandé de l'accompagner. De la salle des pas perdus, aux bureaux qui se trouvent à l'étage, Christiane Taubira est guidée par Bruno Steinmann, le premier président de la cour d'appel de Fort-de-France et par Bernard Rabatel, le procureur général.
L'a