France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Un scooter abandonné est-il volé ?

Jeudi 08 août 2019
Un scooter abandonné est-il volé ?
Photo d'illustration

Y-a-t’il eu vol… ou abandon ? « Le vol est la soustraction frauduleuse de la chose d’autrui », affirme Me Akim El Allaoui, citant un article du code.

« Mon client n’a fait qu’abandonner le scooter sur le bord de la route, c’est son frère qui l’a ramené jusqu’au domicile familial. » Bref rappel des faits : le 30 juin dernier, le prévenu, jeune Amérindien de 25 ans, accompagné de son frère, croise sur sa route un jeune homme qui pousse son scooter, en panne de carburant. Echange de mots, gifles, début d’altercation, pour des raisons que le prévenu peine à expliquer, sauf à dire qu’il était « complètement saoul ». La victime prend peur, délaisse son engin, va chez lui, se saisit d’un couteau, pendant que le prévenu, lui, s’arme d’une carabine de chasse et tire deux coups de feu, « en l’air », selon ses déclarations.

Problèmes d’alcool

« En l’air, et non pas en direction de la victime et des membres de sa famille, en l’occurence sa mère et sa sœur, qui auraient déclaré avoir reçu des plombs, souligne l’avocat. Or, un examen médical pratiqué sur ces personnes a démontré qu’il n’en était rien. D’ailleurs, ces victimes, où sont elles ? Je ne les vois pas dans cette salle. » Conscient d’avoir fait « une grosse bêtise », le prévenu se rendra dès le lendemain aux gendarmes.

Face au tribunal, présidé par Emmanuel Wattraint, il dit « regretter son geste », affirme qu’il est prêt à « suivre une cure de désintoxication » pour résoudre ses problèmes d’alcool, et souhaite « ne pas aller en prison, afin de continuer à s’occuper de son père, âgé de 63 ans et handicapé. » Le ministère public, représenté par Ève Tassin, requiert une peine de « trois ans de prison, avec maintien en détention », au motif que « les faits reprochés ne sont pas une erreur, comme voudrait le faire croire le prévenu, mais une infraction pénale. » Verdict du tribunal : 18 mois de prison, avec maintien en détention.

M. L. T.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
A la une
Une

Le patrimoine, des racines bien vivantes

Michel LE TALLEC - Dimanche 22 Septembre 2019