France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Un scandale sanitaire au tribunal ?

Mercredi 03 avril 2019
Un scandale sanitaire au tribunal ?
Le tribunal au ralenti hier à Cayenne - Samir Mathieu

Le tribunal de grand instance de Cayenne ne peut plus accueillir d’audience. Plus de trente magistrats et fonctionnaires ont fait valeur leur droit de retrait. Le CHSCT a entériné l’arrêt des travaux, le confinement du bâtiment Lam Cham. Des analyses de repérage d’amiante seront menées sur l’ensemble du site.

Lundi, l’annonce de la présence de particules d’amiante dans l’immeuble Lam Cham (lire notre précédente édition), mitoyen du bâtiment historique du palais de justice de Cayenne, s’est répandue dans le tribunal de grande instance (TGI) telle une traînée de poudre. Un rapport indique que l’enduit, la peinture de la sous-dalle du rez-de-chaussée, ainsi que les 1er, 2e et 3e étages de l’immeuble de l’avenue De-Gaulle sont amiantés. Un vent de panique a soufflé parmi les personnels, qui ont reçu le soutien des avocats. Notamment lorsque l’intersyndicale leur a remis un document sur les conséquences de l’inhalation de fibre d’amiante (lire ci-contre).

Des analyses introuvables

Hier après-midi, le comité d’hygiène, de sécurité et de conditions de travail (CHSCT) du TGI s’est réuni à la prison. Les représentants syndicaux sont ressortis indignés. Ils ont l’impression que l’Agence publique pour l’immobilier de la justice (Apij) et les chefs de juridiction se renvoient la balle au sujet de la transmissions des éléments leur permettant de savoir si les opérations de contrôle de l’air et de repérage d’amiante sur l’ensemble du site avaient été effectués.

Les délégués souhaitent que leur soit communiqué le diagnostic de détection amiante avant et pendant travaux de chaque partie du TGI et de ses annexes. Ils se sont heurtés à une fin de non-recevoir des responsables de l’Apij, qui ne sont pas venus à la réunion. Ces derniers ont fait parvenir un courrier dans lequel ils parlent d’analyses de 2006, mais ne fournissent aucun document et aucune preuve d’un éventuel diagnostic réalisé avant les récents travaux. Des analyses pourtant obligatoires.

À l’issue de la réunion, il a été décidé le confinement de l’immeuble Lam Cham et l’évacuation, demain, des personnels encore sur place. Les travaux du bâtiment historique sont arrêtés. Des analyses complètes de matériaux et produits ainsi que de l’empoussièrement seront réalisées sur le site historique. Le médecin de prévention a reconnu que le risque était grave et a ordonné des examens de recherches d’amiante sur l’ensemble des personnels exposés. Il a indiqué qu’un rapport d’alerte sera adressé au ministère de la Santé. L’inspecteur du travail a indiqué que le risque d’exposition était reconnu et ne s’est pas opposé au droit de retrait du personnel. Les organisations syndicales attendent désormais les résultats des analyses de l’immeuble Lam Cham pour lever ou non le droit de retrait. En attendant les chefs de cour et de juridiction devront chercher d’autres locaux pour accueillir les fonctionnaires et les magistrats, et rendre la justice.

Bernard DORDONNE

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

g6d 04.04.2019
Amiante?

Si tous les bâtiments contenant de l'amiante devaient être vidés de leurs occupants il n'y aurait plus beaucoup de services publics opérationnels.

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 03.04.2019

Un titre avec un point d'interrogation ça veut dire que vous écrivez un truc mais vous n'en savez rien en fait

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 04.04.2019

Ou peut-être que ça veut simplement dire qu'on se questionne ? N'est-ce pas un des buts du journalisme ? Questionner l'actualité et tenter d'y apporter un éclairage. Alors que VOUS, VOUS savez, VOUS tranchez. Bref, vous êtes fidèle à vous-même niveau argument. Au fait pas de réponse sur votre "à camp"...j'en ris encore...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une
2 commentaires
2 commentaires