• S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Tullow pourrait se détourner de la Guyane

Albert ALEXIS Mardi 06 août 2013

Tullow Oil, qui avait en 2011 débuté la campagne d'exploration pétrolière en Guyane, déclare ne pas vouloir entamer une nouvelle campagne de forage à l'issue du cinquième puits, foré dans les prochaines semaines.

Le 31 juillet dernier, le directeur en charge des programmes d'exploration de Tullow Oil, Angus McCoss, se livrait dans une courte interview accordée à un journaliste de Bloomberg, l'une des principales agences d'information économique et financière dans le monde. « Il n'y aura pas de puits de forage supplémentaires à court terme après GM-ES-5 » , commence par expliquer McCoss, qui souhaite prendre le temps, après avoir compilé l'ensemble des informations apportées par les forages successifs, de repenser la vision du gisement potentiel au large de Guyane. L'annonce détonne quelque peu par rapport au discours volontairement optimiste affiché par Shell après l'échec du quatrième forage, il y a près de deux semaines. C'est un peu comme si les rôles s'étaient inversés. On se souvient de l'enthousiasme de la compagnie Tullow en 2011, comparant le potentiel pétrolier en Guyane à celui du Ghana, alors même que Shell préférait rester prudent quant aux estimations de production possible.
« À MOYEN TERME [...] LE SURINAME »
De fait, la Guyane n'est pas l'unique centre d'intérêt pour la compagnie britannique dans la région, loin de là. Dans son premier rapport trimestriel de l'année, Tullow présente la région sud-américaine comme une nouvelle région pétrolière, rappelant son programme de recherche en cours en Guyane française. Elle souligne dans le même temps ses espoirs dans les études sismiques menées dans une aire de recherche au Suriname, le bloc 47. Tullow Oil est par ailleurs associée à l'entreprise japonaise Inpex corps pour un autre permis de recherche au Suriname, au bloc 31. « À moyen terme, nous concentrerons certainement nos efforts au Suriname » , développe Angus McCoss dans son interview à Bloomberg.
Pourtant, si Tullow envisage un retrait, il sera de toute façon temporaire. « Nous n'abandonnons pas la Guyane » , affirme McCoss. Shell, qui détient 40% du permis de recherche, est l'opérateur pour le compte du consortium en Guyane. Cette dernière n'a pas réagi après l'annonce. « C'est la règle, nous confie un professionnel du milieu. L'opérateur est celui qui s'exprime au nom du consortium. Toute autre compagnie, après en avoir généralement avisé les membres du consortium, peut faire une déclaration, en sachant qu'à ce moment-là, cela n'engage qu'elle. » Le dernier puits, Cebus (GM-ES-4), était totalement déconnecté des réservoirs inspectés jusque-là. Le prochain forage, GM-ES-5, est au contraire proche du premier puits Zaedyus. Il doit permettre de mieux appréhender les limites du réservoir découvert en 2011.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire