France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Suriname : le fils du président arrêté

Lundi 02 septembre 2013
Suriname : le fils du président arrêté
Dino Bouterse dans son uniforme de l'unité antiterroriste (Annelies Verhelst)
Le fils du président du Suriname, Dino Bouterse, a été arrêté jeudi au Panama et extradé vers les États-Unis où il est recherché pour trafic de drogue et d'armes. L'affaire a fait scandale à Paramaribo où s'ouvrait le même jour le sommet des chefs d'État de l'Union des Nations d'Amérique du sud (Unasur), une organisation dont le président du Suriname, Desi Bouterse, assure actuellement la présidence tournante. Dino Bouterse, 40 ans, doit « répondre à des accusations de conspiration pour importer de la cocaïne aux États-Unis » , explique un communiqué du procureur de Manhattan. Les charges qui pèsent contre lui - y compris la détention d'« armes anti-tank » - pourraient lui valoir une peine de prison à vie. Selon l'acte d'inculpation des autorités américaines, Bouterse a tenté d'envoyer aux États-Unis une valise avec 10 kg de cocaïne à bord d'un avion commercial au départ du Suriname.
Le fils du président surinamais avait déjà été condamné en 2005 à huit ans de prison par un tribunal de son pays et déclaré coupable d'avoir dirigé un gang de trafiquants de cocaïne et d'armes, mais il avait été libéré trois ans plus tard pour « bonne conduite » . Après sa libération, son père l'avait nommé directeur de l'Unité antiterroriste du Suriname.
Élu en 2010, le président Desi Bouterse - qui a mené deux coups d'État et dirigé le régime militaire de 1980 à 1987 puis de 1990 à 1991 - bénéficie d'une loi d'amnistie appropriée lui permettant d'assumer son mandat alors qu'il a été condamné en 2009 à 11 ans de prison aux Pays-Bas pour trafic de drogue et qu'il est poursuivi pour le meurtre de 15 opposants en 1982.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

loulougirl 04.09.2013

Tel père , tel fils... Ça c'est tellement vrai! On dirait qu'il y a amnésie collective concernant ce mec... En même temps, le Surinam,n'est plus colonie et semble se débrouiller très bien... Mais a quel prix!!!! Si c'est avec ce que tout le monde sait.... Pas d'accord! Si c'est avec le tourisme et accessoirement mon fric, OK. :)

Répondre Signaler au modérateur
benj77 03.09.2013
Tel père, tel fils

Et si on peut à bon droit critiquer la gestion "coloniale" de la France, quand ça vient de Hollandais il est facile de leur clouer le bec au vu des résultats!

Répondre Signaler au modérateur