France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Réforme de l'Agglo : Matoury dit « oui »

Karin SCHERHAG Lundi 26 août 2013

Vendredi soir, les élus de Matoury ont voté pour une nouvelle répartition des sièges au sein de la communauté d'agglomération, comme l'ont déjà fait Roura et de Montsinéry-Tonnégrande.

Réunis en séance extraordinaire vendredi soir, les élus de Matoury ont sans grande surprise unanimement (1) voté « oui » à la réforme de la CACL, voulue par son président Rodolphe Alexandre. Concrètement, cette réforme vise à modifier la répartition des sièges au sein de la communauté d'agglomération « pour une meilleure représentation des communes » , a précisé le maire, Jean-Pierre Roumillac.
Matoury gardera ses sept délégués. Tandis que la ville de Cayenne se verra dotée de deux représentants supplémentaires (passant ainsi de sept à neuf sièges). « Depuis la création de la communauté de communes, Cayenne était classée dans la même catégorie que nous. Avec près de 60 000 habitants (56 002 recensés au 1er janvier 2013, ndlr), il est normal qu'elle bénéficie de sièges supplémentaires » , a insisté le maire. Si la population de la ville capitale dépassait les 60 000 habitants, elle gagnerait encore deux sièges de plus.
« EN TOUTE FRANCHISE »
Rarement présent lors des derniers conseils municipaux, le député Gabriel Serville n'a pas manqué de se faire remarquer dans les débats. « Je me demande quelle est la motivation la plus sérieuse évoquée par la CACL » , a-t-il interrogé. Représentant de Matoury à l'Agglo, Paul Bellony n'a pas manqué de défendre sa double casquette : « Je tiens à rassurer le député Serville : Matoury participe à toutes les commissions et on discute en toute franchise de tous les problèmes. Ce n'est jamais l'autorité du président qui dicte à la commission ce qu'elle doit faire. Nous ne sommes pas toujours d'accord mais la démocratie l'emporte. »
On imaginait de toute façon très mal Matoury s'opposer à cette réforme déjà actée par Roura et Montsinéry-Tonnégrande. Bien sûr, Cayenne et Rémire-Montjoly (qui pourrait bientôt rafler deux sièges supplémentaires en passant la barre des 20 000 habitants) devraient elles aussi voter pour. Rien n'empêcherait alors la mise en place d'une nouvelle assemblée, qui sera élue en mars prochain.
(1) Moins trois abstentions de l'opposition.
- Serville veut une présidence tournante
En glissant habilement « a-t-on une projection de la future présidence et de qui pourrait occuper le poste ? » , Gabriel Serville savait qu'il éveillerait la curiosité. Il s'en explique : « Quand on a mis en place la communauté de communes, on s'était mis d'accord sur une présidence tournante. Afin que toutes les communes puissent être représentées. Jean-Pierre Roumillac s'était battu pour que cet accord soit respecté. En vain. » Mais quand on lui demande si le fait que le président de l'Agglo soit aussi l'ancien maire de Cayenne a une réelle incidence, il botte en touche : « Je n'ai pas eu le temps de faire cette analyse. Et si les conseillers me disent que le travail est fait de manière équitable, je les crois. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire