• S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Rames Guyane recherche d'urgence un repreneur guyanais

FXG Samedi 27 juillet 2013
Rames Guyane recherche d'urgence un repreneur guyanais
L'édition 2014 est déjà lancée avec quinze skippers inscrits. Le dernier vainqueur de l'épreuve est Pascal Vaudé en 2012 (photo d'archives)

La course transtlantique en solitaire à la rame est en péril.

A la fin du mois de juillet, la société 54 West, organisatrice de la course transatlantique en solitaire à l'aviron, Rames Guyane, fermera ses portes. Si aucun repreneur guyanais ne se fait connaître d'ici là, la course risque d'être reprise par un ancien skipper métropolitain. « On aurait dû poser les rames il y un an et demi lorsque Bouvet nous a quittés » , témoigne Michel Horeau de 54 West. « Mais l'édition 2014 était déjà lancée... »
Après dix-huit mois de fonctionnement à « compte d'auteur » , 54 West est lâchée par ses banques. « Aujourd'hui, plus question de vendre cette course à Pennduick ou l'Aso, mais de trouver une solution pour qu'un organisateur guyanais la reprenne gracieusement avec ses quinze skippers déjà inscrits, le conseil des opérateurs historiques et un budget déjà constitué pour partie à hauteur de 400 000 ou 500 000 euros. »
UN BUDGET DE 1,3 MILLION D'EUROS
Depuis le début de Rames Guyane en 2006, la Guyane a apporté collectivement environ un demi-million d'euros (150 000 pour le Cnes, 80 000 à 90 000 pour la ville de Cayenne, 90 000 pour la Région, 70 000 pour le Département qui se retire de cette 4e édition, 50 000 pour le CTG et autant pour la CCI). L'entreprise Bouvet apportait seule un demi-million et, pour arriver à boucler le budget global de 1,3 million d'euros, il y a les frais d'inscription des skippers.
Cette course qui, en trois éditions, a fait ses preuves, est un outil unique de promotion et de communication pour la Guyane. « La dernière édition a représenté l'équivalent de 10 millions d'achats d'espace sans même compter le net » , insiste Michel Horeau.
Si d'ici la mi-août, aucun organisateur ne parvient à fédérer un club d'entreprises ou à faire naître une société d'économie mixte sur le modèle de celle qui organise le Vendée Globe, la course passera aux mains d'un métropolitain. L'édition 2014, qui doit partir de Saint-Louis du Sénégal en mars, ralliera bien Cayenne, mais qui peut dire si elle touchera toujours la Guyane ensuite ? Voilà pourquoi Michel Horeau et Antoine Croyère, ses fondateurs, insistent pour que le futur organisateur soit guyanais. Le temps presse...
FXG, à Paris
Contact : Michel Horeau, 06 16 30 40 98 ou 54west@orange.fr

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire

Vidéos

Voir toutes les vidéos