France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
SAINT-GEORGES DE L'OYAPOCK

Qu'y a-t-il de l'autre côté du pont ?

Karin SCHERHAG Mardi 20 août 2013
Qu'y a-t-il de l'autre côté du pont ?
Il reste encore beaucoup à faire du côté brésilien où seuls les travaux de terrassement ont été réalisés (KS)

Alors que, côté français, l'ouverture du pont sur l'Oyapock est attendue depuis près de deux ans, les infrastructures brésiliennes ne sont toujours pas prêtes. La mairie d'Oiapoque annonce la fin des travaux pour le début de l'année prochaine.

Personne n'ose plus annoncer l'ouverture du pont sur l'Oyapock. Nicolas Sarkozy espérait son inauguration en janvier 2012, Dilma Roussef, la présidente du Brésil, a préféré repousser l'échéance. Mais depuis, les choses n'ont guère évolué du côté brésilien. « Si on voit le verre à moitié plein, on peut se satisfaire que les travaux de terrassement ait été faits. Si on le voit à moitié vide, on remarque que les bâtiments (ceux de la police aux frontières, ndlr) n'ont toujours pas été érigés et qu'il manque encore 170 kilomètres de route » , souligne Eric Spitz.
En visite à Saint-Georges en milieu de semaine dernière, le préfet de Guyane n'a pas résisté à l'envie d'aller voir ce qui se passait de l'autre côté du pont. Et le contraste avec les infrastructures françaises est saisissant : des locaux de police et de douane flambant neufs d'un côté, une cabane décrépie de l'autre ; une route fraîchement bitumée avec parkings et barrières chez nous, une piste plus ou moins praticable au Brésil. En mairie d'Oiapoque, on se montre pourtant rassurant : « Les travaux pourraient être terminés en début d'année prochaine » , explique-t-on. Une donnée à prendre avec des pincettes. D'autant « qu'il manque encore deux des trois accords internationaux » , précise le préfet. Pour l'heure, seul l'accord routier a en effet été signé.
Et pendant ce temps, à Saint-Georges, les fonctionnaires de police français attendent leur heure. Ils sont soixante en poste ici. Tous formés au contrôle des frontières. En 2010, anticipant l'ouverture du pont, l'Etat avait dépêché sur place vingt policiers supplémentaires. Puis vingt, encore, l'année d'après. Ironie de la situation : trente d'entre eux quitteront la Guyane en juin 2014. Avant, peut-être, l'ouverture du pont...
Alors les agents s'occupent différemment. « On a recentré nos activités sur le trafic (migrants, drogue et or), détaille le chef de poste. L'année dernière, on a ainsi interpellé 2 500 personnes. » Les statistiques des douanes ne sont pas moins bonnes : 70 kilos de cocaïne, 3 000 articles de contrefaçon et une vingtaine de kilos d'or ont déjà été saisis.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
6 commentaires

Vos commentaires

philosof007 22.08.2013

bizarre cette guyane endormie !!!!!

Répondre Signaler au modérateur
Tika973 21.08.2013
brésil

Accord entre La France et Le Brésil ! Etant donné qu'on est un département Français , c'est logique , non ? ;-)

Répondre Signaler au modérateur
loulougirl 21.08.2013

Les brésiliens ne sont pas prêts????? :hé bien, pour une fois que c'est pas de notre faute, côté guyane! Wééé.!!!

Répondre Signaler au modérateur
radical 20.08.2013

de l'autre coté il y a des femmes, et des bandits

Répondre Signaler au modérateur
Lohengrin973 20.08.2013
Le vrai problème

D'un : Le Brésil n'est pas un pays à respecter des délais, c'est une pratique de l'État. Rien n'est fait quand il faut et ça c'est partout, sauf pour des priorités électorales (comme en Guyane).

De plus : Le tel "accord" franco-brésilien, le changement de l'accès au territoire (histoire des visas)... C'est vrai que la France a beaucoup avancé du côté physique des constructions, mais la partie difficile (la diplomatie, le commerce, le côté qui intéresse quoi) ça ne bouge même pas d'un poil ! Mais je peux faire un effort pour comprendre: Avoir affaire à ces pauvres immigrés qui ne veulent que l'or de Guyane (comme si au Brésil il n'y en avait pas, mais bon), c'est dur, hein ?

Merci pour traiter les brésiliens comme des demeurés... Ça fait énormement plaisir.

Répondre Signaler au modérateur
leyvolinos 20.08.2013
Pont Brésil/Guyane

Quel rapport il y a entre l'ouverture d'un pont et l'état d'une route ? On nous prend pour des canard sauvages.
Quand les élus et les médias vont parler de la vraie problématique du pseudo-accord international ?
Accord entre la France et le Brésil où entre la Guyane et le Brésil ?

Répondre Signaler au modérateur