France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Prison ferme pour des braconniers sur l’Approuague

Lundi 16 Septembre 2019 - 03h10
Prison ferme pour des braconniers sur l’Approuague
En Guyane, la tortue podocnémide de Cayenne est intégralement protégée et est classée comme « vulnérable » sur la liste rouge des espèces de reptiles menacés de Guyane. Toute atteinte à cette espèce constitue un délit passible de 3 ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende. - ONCFS

Mercredi, trois hommes ont été condamnés pour braconnage à trois mois de prison ferme. Une part de leur butin de chasse, soit 399 œufs de tortues et 33 œufs d’iguane, a été placé en incubateur. Soixante-dix œufs de tortue sont viables.

Un message fort a été envoyé mercredi avec la condamnation à la prison ferme de trois braconniers. Le 8 septembre, les agents du Service mixte de police de l’environnement effectuent une mission de contrôle sur l’Approuague. Arrivée au saut Mapaou, vers 11 heures, l’équipe repère une pirogue avec trois hommes à bord. Dans l’embarcation, ils trouvent 399 œufs de tortues podocnémide de Cayenne, qui fait pourtant l’objet d’une protection intégrale. Ils découvrent aussi 4 hoccos et 33 œufs d’iguane. Les prélèvements de ces deux espèces sont limités par arrêté préfectoral. Et enfin deux caïmans, deux pacs et un kinkajou sont par ailleurs aussi trouvés.

Espèce protégée

Lors de leurs auditions à la gendarmerie de Régina, mardi matin, les trois chasseurs reconnaissent avoir prélevé les œufs, détruit les nids de tortues fluviales et prélevé les œufs d’iguane, dont la chasse est interdite du 1er septembre au 31 décembre, le temps de sa reproduction. Ils admettent avoir chassé les hoccos en infraction aux quotas. Mercredi matin, le tribunal les condamne à trois mois de prison ferme, une peine aménageable.

Une telle condamnation n’avait pas été prononcée depuis au moins deux ans selon l’Office nationale de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). La peine de prison a été assortie de 5 000 euros d’amende avec sursis et de 100 euros d’amende pour les hoccos et les œufs d’iguane. Les fusils, l’embarcation, la remorque et le moteur ont été confisqués.

Opération de sauvetage des œufs

Les œufs d’iguane et de tortue ont été confiés à l’association Dégrad tortue Guyane et mis sous incubateur. « Pour l’instant, on a 70 œufs de tortue susceptibles d’être viables. D’ici 15 jours à trois semaines, on saura combien d’œufs ont été fécondés », explique Tony Chevalier, président de l’association. C’est la troisième fois, que Dégrad tortue Guyane prend en charge les saisies d’œufs de tortue. Auparavant, ils étaient détruits. L’association explique avoir noué un partenariat avec le Museum national d’histoire naturelle pour mettre en place des études sur ces tortues, qui doivent ensuite être relâchées sur des sites de ponte. « Cinquante tortues de la première saisie ont survécu. Elles ont maintenant deux ans et elles ont déjà triplé de taille ! On va les relâcher en décembre 2020 sur les sites de ponte. L’année d’après, on relâchera les 235 de la seconde saisie ! »

Le sort des œufs d’iguane est plus incertain, poursuit Tony Chevalier. « Je suis capacitaire pour les tortues mais pas pour les iguanes. C’est une découverte. On n’a aucune certitude. »

Angélique GROS

La chasse du hocco est limitée à un quota de 1 spécimen par sortie et par chasseur selon un arrêté du 12 avril 2011 et son commerce est interdit en France par arrêté du 25 mars 2015. - ONCFS

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Féfé973 17.09.2019

Trois mois de prison ferme "aménageable", c'est à dire pas de prison concrètement. Tu parles d'un message fort !!

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
Guyane

pancho

Mercredi 18 Septembre 2019

pancho

A la une