France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
santé

Pas d’accord franco-surinamais en vue

Lundi 21 Octobre 2019 - 03h15
 Pas d’accord franco-surinamais en vue
Clara de Bort, directrice de l’Agence régionale de santé, a succédé depuis le 1er septembre à Dominique Voynet nommée à la tête de l'ARS de Mayotte, à la tête de la mission mission de coopération sanitaire franco-surinamaise conduite avec le préfet Marcel Renouf - Angelique GROS

Un peu plus d’un an après sa création, la mission de coopération sanitaire franco-surinamaise menée par l’ex-ministre Dominique Voynet et le préfet Marcel Renouf, n’est pas parvenue à conclure un accord, mais les travaux se poursuivent.

Le groupe de travail mixte mis en place avec le Suriname en septembre 2018, lors de la venue d’Annick Girardin, devait déboucher d’ici la fin de l’année sur un accord intergouvernemental de santé mais on en est encore loin. Clara de Bort, directrice de l’Agence régionale de santé (ARS), a succédé depuis le 1er septembre à Dominique Voynet, nommée directrice de la nouvelle ARS de Mayotte, à la tête de cette mission conduite avec le préfet Marcel Renouf. Elle explique que « ce ne sont pas les fonds qui ont manqué et ont freiné cette coopération mais plutôt le niveau de connaissance réciproque ainsi que le turnover chez nous et chez eux ».

Trois groupes de travail

Le groupe s’est réuni trois fois depuis sa création et trois groupes de travail ont été créés : un premier sur les soins spécialisés entre la Guyane et le Suriname, un deuxième sur la coopération entre les hôpitaux de Saint-Laurent du Maroni et Albina, et les centre de santé du bas Maroni, et le troisième sur la prévention et les soins primaires sur le Maroni.

Concernant les soins spécialisés, il était question que Paramaribo puisse accueillir et soigner en radiothérapie des patients de Guyane au lieu qu’ils soient évacués aux Antilles ou à Paris mais le dossier piétine. « Certains experts considèrent que les références sont trop différentes par rapport à l’Europe et que cela pouvait être considérés comme une perte de chance d’envoyer des Guyanais à Paramaribo », précise Clara de Bort. Le travail concernant la cardiologie ou l’ophtalmologie n’a pas encore débuté mais Clara de Bort envisage un changement de stratégie. « Je crois beaucoup plus au fait de travailler sur les questions de lits d’aval, ce n’est pas au moment des urgences vitales qu’on va commencer la coopération avec un pays qui n’est pas européen et avec lequel on ne parle pas la même langue. C’est d’ailleurs ce que j’ai proposé au Brésil, qui l’a accepté. »

Lutte contre les épidémie

C’est en priorité sur le suivi des grossesses et des suites de couches que se pose pour l’instant la question de la coopération interhospistalière. « L’idée qu’on a c’est que Saint-Laurent accueille les femmes pour accoucher mais qu’en suite de couche les femmes surinamaises soient suivies à Albina », souligne Clara de Bort. La possibilité de transformer le Chog en hôpital international a en revanche été écartée. Un enjeu d’image a aussi été soulevé comme le souligne la directrice de l’ARS, « il faut donner ou redonner confiance aux Surinamais dans les soins surinamais, c’est la même situation au Brésil ». Dans le cadre du groupe qui travaille sur la prévention et les soins primaires de première pirogues binationales de la prévention ont été mise en place sur le Maroni et le travail autour des questions de santé publique et notamment de la lutte contre les épidémies se poursuit. La mission doit se réunir à nouveau le 5 novembre. La coopération pourrait trouver un nouveau souffle avec le renforcement de la présence de l’ARS à Saint-Laurent du Maroni début 2020 avec le recrutement d’un cadre de haut niveau.

Angélique GROS

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

Ergo sum 22.10.2019

Réunions, colloques, commissions, voyages, préfets, diretrices, changement de stratégie, j'ai proposé, je crois en...
Ca devient «mission mission»

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 21.10.2019

Des réunions, encore des réunions, toujours des réunions pour rien… Et le sourire Elgydium pour faire passer la pilule...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une