France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Offensive sauvage sur le Touloulou magazine

T. F. Jeudi 05 septembre 2013
Offensive sauvage sur le Touloulou magazine
Emmanuel Prince, président de l'URFCG, veut s'emparer du Touloulou magazine (photo d'archives)

Dans un courrier daté du 13 août, le président de l'Union régionale des festivals et carnavals de Guyane menace le directeur de la publication d'entamer « des poursuites » à son encontre s'il ne cède pas les droits du magazine.

Selon Emmanuel Prince, le Touloulou magazine appartient à l'Union des festivals et carnavals de Guyane (URFCG). Le 13 août, le président de l'Union a donc adressé un courrier au directeur de la publication, Philippe Alcide dit Clauzel, afin que celui-ci « rétrocède » le magazine à l'URFCG. Emmanuel Prince menace le directeur d'entamer des poursuites devant « des instances compétentes » s'il ne s'exécute pas. Sans plus de précisions.
Le principal argument avancé par Emmanuel Prince (qui, malgré notre insistance, n'a répondu à aucune de nos sollicitations) est que « la genèse de cet ouvrage fut une volonté de l'ancienne Fédération des festivals et carnavals de Guyane dans l'optique de servir, promotionner et commercialiser [notre] patrimoine » . Le président de l'URFCG évoque la notion de « propriété intellectuelle » et affirme que Touloulou magazine « fut la propriété morale de la FFCG depuis près de dix ans » . Des allégations qu'il n'étaye d'aucun document juridique.
10 000 EXEMPLAIRES PAR PARUTION
Touloulou magazine a été créé en décembre 1993 par Philippe Alcide dit Clauzel, futur président de la Fédération des festivals et carnavals de Guyane après avoir été celui du Comité. Désormais régie par l'association Touloulou.com, la publication a la particularité de ne paraître qu'une fois pas an. En janvier, juste après le début du carnaval, le magazine, qui bénéficie de quelques partenariats et de subventions régionales, est tiré à près de 10 000 exemplaires écoulés tout au long de l'année. Invité à commenter le courrier d'Emmanuel Prince, Philippe Alcide dit Clauzel a refusé de s'exprimer dans nos colonnes.
L'offensive subite et sauvage dont il est victime pourrait s'expliquer par les déboires rencontrés par l'actuel président de l'Union, Emmanuel Prince, au sein de la structure carnavalesque. En effet, le dirigeant a vu les membres de son bureau démissionner en masse après une réunion houleuse, en juin. « Il (Emmanuel Prince) n'est pas capable de tenir une ligne budgétaire » , se plaint un ancien élu de l'Union.
Emmanuel Prince laisse deux possibilités à Philippe Alcide dit Clauzel. « Rétrocéder totalement ce magazine » ou « rester directeur » et « verser une dîme » (sic) sur « toutes les ventes » à l'Union. Une « taxe » (dixit Emmanuel Prince) qui serait « reversée aux acteurs de rue » du carnaval.