France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
MACOURIA

Objectif : une seule journée pour construire une maison

Sébastien ROSELÉ Lundi 02 septembre 2013
Objectif : une seule journée pour construire une maison
Pierre-Olivier Pradinaud (en rouge) a invité une vingtaine d'amis samedi pour relever le défi (SR)

Le réalisateur Pierre-Olivier Pradinaud, avec une vingtaine d'amis, a maçonné les murs de sa maison en briques de Guyane, samedi.

Même si cela ressemblait à un défi télévisé, il n'y avait rien à gagner. Samedi, le réalisateur Pierre-Olivier Pradinaud a invité une vingtaine de ses amis pour l'aider à construire sa maison, située dans un tout nouveau lotissement appelé Belle-Terre, à Macouria, à quelques centaines de mètres après le pont du Larivot. « Il fallait dix jours aux deux ouvriers pour monter les murs. Je me suis dit, si on est vingt, on le fait en une journée. » Et c'est comme ça que l'idée de ce mayouri est partie, supervisée malgré tout par un chef de chantier professionnel. Au préalable, les deux semaines qui ont précédé le mayouri ont été consacrées au coulage de la dalle de béton et au montage du châssis en bois et du toit.
UNE MAISON BIO-CLIMATIQUE
Pour ériger ses murs, le réalisateur guyanais a choisi un matériau issu du département. Il s'agit de brique de Guyane faite en latérite crue (non-cuite). « Elle est facile d'utilisation » , explique Pierre-Olivier Pradinaud, une truelle à la main pendant que deux de ses amis montent une autre partie du mur avec un ciment composé de latérite, de ciment, de chaux et d'eau. « À part la dalle en béton, tout le reste est du produit guyanais : le bois de la charpente comme la brique. »
La personne qui fabrique les briques s'est aussi chargée de dessiner les plans de la future maison du réalisateur. « Elle sera bioclimatique. Elle est orientée face au vent pour une bonne ventilation, le faux plafond sera haut pour éviter l'accumulation de la chaleur et la brique est un excellent isolant thermique » , commence par expliquer le vidéaste. « Ma maison s'adapte à mes idées. Je suis branché environnement. Je ne voulais pas faire une maison en béton avec la clim. »
Pierre-Olivier Pradinaud est persuadé que la brique guyanaise a de beaux jours devant elle. « Le coût est équivalent aux parpaings, mais ensuite il n'y a pas besoin de la revêtir d'enduit ni de peinture » , dit-il. Il faut quand même penser à la traiter pour empêcher les infiltrations d'eau. Au final, sa maison lui reviendra à 180 000 euros, terrain compris. Et il aura passé un bon samedi à monter ses murs avec ses amis.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire