• S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Meurtre de Mike : l'auteur présumé incarcéré

D. St-J. Lundi 22 juillet 2013
Meurtre de Mike : l'auteur présumé incarcéré
Derrière la banderole sur laquelle étaient deux photos de Mike, la famille de la victime, dont sa mère, Nolda Bané Galimon (DSJ)

Poursuivi pour homicide volontaire aggravé, l'auteur présumé du coup de feu qui a coûté la vie au jeune Mike a été incarcéré... Peu de temps après, une marche silencieuse traversait le quartier pour rejoindre sa maison familiale.

Interpellé et placé en garde à vue jeudi, Kresstjon Pinas, un Surinamais âgé de 18 ans, en situation irrégulière, a été présenté, samedi, en fin de matinée, devant le parquet, puis, en début d'après-midi, au juge d'instruction et au juge des libertés et de la détention. Il a été mis en examen pour homicide volontaire aggravé. Il serait l'auteur du coup de feu qui a coûté la vie à Mike Galimon, âgé de 14 ans, lors de l'anniversaire qui s'est déroulée durant la nuit du samedi 13 au dimanche 14 juillet, à Cogneau (voir nos précédentes éditions). Il a été placé en détention provisoire.
Quelques heures après cette incarcération, la famille de la victime et ses amis étaient sur le parking de l'école Saint-Pierre à Cogneau pour « une marche silencieuse « en hommage à Mike et contre la violence.
À 16 heures, le cortège, d'une bonne cinquantaine de personnes, a débuté sa progression derrière une grande banderole blanche, avec deux photos de la jeune victime, qui était élève au collège de la Canopée, à Matoury. Les participants sont précédés par la gendarmerie et la police municipale. Pour Martine, la cousine de Mike, et Jocelyne, sa tante, cette marche doit aussi être l'occasion de dire leur opposition à la violence : « Il est temps que cela s'arrête. On ne vient pas avec des armes à un anniversaire » . La mère de Mike, Nolda Bané Galimon, est juste derrière la banderole. « Il avait 14 ans. Il n'avait pas encore commencé sa vie d'homme. Il n'a pas eu le temps de réaliser qu'il était adolescent » , souligne-t-elle (lire le témoignage de Raymond et Nolda Galimon dans notre édition du mardi 16 juillet dernier). « Les élus doivent prendre des mesures! C'est de leur responsabilité » , poursuit la voisine de la maman. « Nos enfants sont les citoyens de demain! C'est toute une famille qui est brisée » , poursuit-elle.
La marche silencieuse s'est terminée, à peine une heure après son départ, au domicile du jeune Mike Galimon, tout au bout du chemin qui prolonge la rue des Ibis et traverse la parcelle AH 712.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire