France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
CYCLISME. TOUR DE GUYANE

Les Kazakhs, fallait-il les inviter ?

Nicolas CAMUS Mardi 27 août 2013
Les Kazakhs, fallait-il les inviter ?
Très forte et bien organisée, l'équipe kazakhe a interdit le passage à tous ses rivaux pendant le Tour (Jody AMIET)

Ultra-dominatrice d'un bout à l'autre de la compétition, l'équipe du Kazakhstan cristallise les commentaires. Était-elle trop forte pour le Tour du Guyane ? Éléments de réponse dans le peloton.

Un maillot jaune, et surtout une emprise permanente sur la course. Tout au long du Tour, on n'a vu que le bleu ciel de l'équipe du Kazakhstan aux avant-postes du peloton. Ça impressionne, d'abord, et ça peut agacer aussi. Dès lors, on peut se demander si inviter une telle équipe, composée de coureurs qui n'ont pas encore le statut professionnel mais qui vivent et s'entraînent comme tel, était une bonne idée. « Non, tranche sans hésiter Joël Challat. On n'apprend rien avec ces gars-là. Ils courent après tout le monde, après tous les maillots, ça a bridé la course. Leur niveau était trop haut. » Si ce dernier point revient constamment dans les discours, les avis sont souvent plus nuancés que celui du directeur sportif de Roura. « C'est sûr, c'est vraiment un autre monde. Je n'avais jamais vu ça, admet Marc Joseph, du Vélo Club Guyanais. Mais ça fait du bien d'avoir ce genre d'équipe, ça montre le travail qu'il reste à faire. »
Il serait donc là, l'intérêt à retirer de cette démonstration. Comme un exemple montré à la jeune génération de cyclistes guyanais, qui s'est bien comportée sur ce Tour. « Ça tire tout le monde vers le haut, estime l'organisateur de la compétition, Jean-Yves Thiver. La preuve, la Guyane a remporté cinq victoires d'étapes, ça n'était pas arrivé depuis de nombreuses années. » « C'était difficile, mais formateur, abonde Frantz Parcily, le directeur sportif du Vélo Club de Sinnamary. Ces étapes très tactiques, ce sont de bonnes leçons de vélo. Nos jeunes ont vu, et je vous garantis que si on leur en donne les moyens dans les années à venir, ils pourront rivaliser avec ces Kazakhs. »
QUESTION DE PRÉPARATION
Ces jeunes, ce sont Christian Lavenette (USL Montjoly), Éric Vincent ou Jean-Michel Clet (tous deux de l'Espoir Cycliste Guyanais), qui ont fini dans les quinze premiers du classement général. Eux aussi ont été impressionnés par les machines kazakhes, qui ont bouclé l'épreuve à la moyenne record de 43,8km/h. « C'était chaud, il fallait suivre, souffle Lavenette. Il va falloir qu'on s'entraîne encore plus pour montrer que la jeune génération guyanaise est là. » La préparation, justement, est l'un des éléments déterminants mis en avant pour analyser les performances d'Artyom Zakharov et ses coéquipiers. « Ce qu'ils font, ça n'a rien à voir, affirme Loïc John, le jeune champion de Guyane. Eux ils roulent 200 km à l'entraînement, nous à peine 110-130 pour les grosses séances. Donc quand ils viennent ici, c'est comme un entraînement pour eux. »
Entre admiration et pointe de découragement, le constat claque. Alors, qu'est-ce qu'on fait ? « On ne peut pas toujours rester en victime et se plaindre, dire que telle équipe est trop forte, tranche Pierre Garréjat, le leader de Roura. Il faut qu'on se donne les moyens de progresser, à base d'écoles de cyclisme et de déplacements à l'étranger. » Pour cela, le soutien financier des collectivités et des partenaires privés ne devra pas s'effriter, et les clubs avoir la volonté de s'organiser en conséquence. « Mais est-ce que tout le monde est prêt à prendre cet engagement ? » s'interroge Frantz Parcily. De la réponse à cette question découle la capacité des cyclistes guyanais à rivaliser avec une concurrence toujours plus forte sur le Tour.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
13 commentaires

Vos commentaires

loulougirl 30.08.2013

Non ...la preuve, vous commentez!

Répondre Signaler au modérateur
Doujou 29.08.2013

Loulougirl, tu ne serais pas en train d'écrire pour ne rien dire, de faire des allusions creuses, de zanzoler...

Répondre Signaler au modérateur
loulougirl 29.08.2013

C parti pour les raccourcis.... Arrêtez d'assimiler les propos stupides de 1a une non réalité guyanaise: on réussit plutôt bien dans ce pays et surtout dans le domaine sportif. Nos champions sont legion en guyane et ailleurs. Et ailleurs connaît les mêmes difficultés que la guyane. Si ça ne vous plait pas.... Vous savez ce qu'on dit....

Répondre Signaler au modérateur
RODY95 28.08.2013
c est quoi comme question

comment osez vous vous poser cette question , les kazhaks sont des futurs pro à devenir , pour relever le niveau il faut des grands équipes, pour progresser faut se frotter aux meilleurs , l an prochain on espère qu ils seront la , et pourquoi ne pas rêver d une équipe de pro genre europcar ou la fdj
si le guyanais veut remporter son tour alors il doit etre rigoureux et s entrainer meme si y a eu 5 victoires c est déja bien

Répondre Signaler au modérateur
vacance75 28.08.2013

Il est dommage que les mauvaises langues ne soient pas allé sur la route de saint george dernièrement, et vu l'état l'organisation a eu raison de ne pas fait d'étape là bas, ceci dit dommage pour les communes de Régina et Cacao par exemple.

Les responsables sont les premier à dire qu'il n'y a pas d'argent pour envoyer les équipes dans des compétitions loin de la Guyane. les tours de guadeloupe et de Martinique sont de bon exercice mais insuffisant, les Kazhaks en sont le parfait exemple.

Les kazhaks ont donné une belle leçon de vélo, et c'est des défaites que l'on apprend à devenir meilleurs, donc les Guyanais n'ont pas à rougir, ils n'avaient pas le niveau et cela a permis de montrer que la route est encore longue.

Il faut inviter les Italiens et les allemands, même si ils n'ont pas fait le show, cela fait toujours de la concurrence, et puis vu que leur niveau est plus élevé que celui des Guyanais je pense qu'il faut rester humble et apprendre à rouler avec tous les types de caractères.

Répondre Signaler au modérateur
Doujou 27.08.2013

Les organisateurs ont édulcoré le parcours en escamotant toutes les (rares) bosses de Guyane en espérant la victoire au rabais d'un Guyanais non grimpeur ni puncheur, las ils sont tombés sur des Kazhaks gros rouleurs superentraînés avec toutes les précautions d'usage avant d'être ébahi par leurs résultats dans ce genre de sport...
Alors l'an prochain, on escamote les difficultés et on n'invite plus les bonnes équipes ? Pfff...

Répondre Signaler au modérateur
NEWDEAL973 27.08.2013
Equité

Oui il fallait les inviter, et les inviter l'an prochain. En revanche, ce sont des équipes comme l'italie et l'aalemagne qu'il faudrait éviter d'inviter. Aucun maillot à défendre, aucun classement, absent aux sprints, et ils se mettent à rouler pour le kazakh lors que la Martinique met une attaque (à noter que c'est la seule qui a osé). Aussi je me permets de poser une question: Comment peut-on parler de domination quand on gagne un tour avec que 29s d'avance sur un amateur dont l'équipe est 1ere au classement par équipe? Bravo aux Martiniquais, et aux guyanais bien représentés au classement général. Quant à l'italie et l'allemagne... NO COMMENT...
Les deux dernieres éditions du tour étaient extraordinaires, cette année ce fut triste...ça aurait pu etre super si la 8eme étapes n'avait pas été gachée par deux équipes qui n'avaient pas leur place dans la compétition...
Bravo tout de même au comité cycliste de la guyane, et j'ai hate d'être à l'année prochaine!

Répondre Signaler au modérateur
lilas 27.08.2013

Cette équipe est venue pour gagner,non pour regarder passer les autres, donc c'est normal qu'ils soient vigilants. Bravo à Marc Joseph qui a reconnu qu'ils sont forts et que les coureurs guyanais ont besoin de se frotter à une telle équipe.
C'est un moyen pour les cyclistes guyanais d'avancer. Faites des critiques constructives. Bravo à la Guyane. Bravo aux Kazakhstans. yo fo mim

Répondre Signaler au modérateur
exe 27.08.2013

bonjour
Tout d'abord bravo à tous les coureurs et un grand chapeau à tous pour ce spectacle.
Je trouve le titre un peu fort pour l'équipe qui est venue.
La question aurait peut être du se poser avant et non après.
Nous ne pouvons qu'applaudir cette équipe qui a montré à tout le monde ce qu'est être soudée.
Je pense qu'au contraire elle nous as montré qu'il faut beaucoup de travail et de solidarité pour réussir et,pouvoir se mesurer à plus fort
permet de progresser.
Cette manifestation extraordinaire permet de faire venir des équipes du monde entier
Quelle chance de pouvoir échanger les passions entre tous ces athlètes d'origine et de niveaux différents?
La Guyane n'a pas démérité individuellement et je pense à tous les anciens qui sont encore au top, bravo à eux.
Une équipe ne peut pas se construire en un jour et je pense que les jeunes ont pu mesurer la marche qu'ils doivent atteindre et cela est positif.
amitié

Répondre Signaler au modérateur
faya 27.08.2013

Au tour e la Guadeloupe, il y a chaque année entre 3 et 4 équipes de ce niveau. Eux, il ne se plaingnent jamais. Pourquoi, nous guyanais, on se plaind tout le temps? Regarder ce qu'il disent sur leur site de supporteur à propos du tour de la Guyane, c'est édifiant. Suivre le lien http://velo-madikeraguyana.easyforum.fr/

Répondre Signaler au modérateur