• S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Les Guyanais opposés à une intervention en Syrie

Pierre ROSSOVICH Jeudi 12 septembre 2013
Les Guyanais opposés à une intervention en Syrie

Une communauté libanaise existe en Guyane depuis plus d'un siècle. Majoritairement chrétienne, elle est opposée à une intervention militaire en Syrie.

Contrairement aux Antilles, on retrouve peu de Syriens immigrés en Guyane. En lieu et place, quelques dizaines de familles libanaises y sont arrivées par vagues successives au début du XXe siècle, puis dans les années 1950 et 1970. On compterait aujourd'hui ainsi une cinquantaine familles guyanaises d'origine libanaise, principalement issues du nord du pays.
Antoine Karam, membre du parti socialiste guyanais et ancien président du conseil régional, est un de ces descendants. Professeur d'histoire, il a d'ailleurs retracé le parcours de son grand-père, parti du village libanais de Basroun pour arriver en Guyane en 1905, après être passé par le Suriname.
À sa connaissance, très peu de Syriens ont débarqué en Guyane. Les Libanais de Guyane, eux, étaient majoritairement des chrétiens orthodoxes et maronites, et se sont rapidement mélangés à la population locale.
ENTRE INGÉRENCE ET « DERNIER REMPART CONTRE L'ISLAM RADICAL »
Comme les Syriens aux Antilles, les Libanais ont d'abord occupé la fonction de colporteurs avant d'ouvrir leurs propres commerces. Ainsi, dans les rues Lieutenant-Goinet et Gaston-Monnerville de Cayenne, nombreux était les magasins tenus par des Libanais. Des commerces qui ont aujourd'hui été « récupérés » par les commerçants chinois, même s'il subsiste quelques grandes enseignes tenues par des descendants de Libanais.
S'il n'y a pas de communauté syrienne à proprement parler en Guyane, cela n'empêche pas les Guyanais d'origine libanaise d'avoir un avis sur le conflit qui touche le pays aujourd'hui. Les Syriens et les Libanais ont en effet une histoire commune très forte. « Beaucoup de Libanais chrétiens sont pro-Bachar El-Assad » , avance Antoine Karam. Ceux-ci voyant le président syrien comme le dernier rempart contre les frères musulmans et contre une islamisation radicale de la région.
Pour sa part, Antoine Karam avoue être « très mal à l'aise » avec l'idée de bombarder Damas, capitale syrienne. Comme dans l'Hexagone, les Guyanais semblent être majoritairement opposés à une intervention militaire de la France en Syrie. Un sondage mené sur notre site internet il y a quelques semaines recueillait 82% de non à la question, sur 114 votants.
En outre, le Fulac (Front uni de lutte anti-colonialiste) et l'OGDM (Organizasyon Gwianez Drwè Moun) se sont tous deux fendus lundi d'un communiqué de presse afin d'affirmer leur soutien à Bachar El-Assad, accusant le gouvernement français de vouloir faire payer au président syrien son soutien à Mouammar Kadhafi, et dénonçant des enjeux d'ordre économique et géopolitique.
Plus d'informations sur les Libanais en Guyane en consultant la conférence d'Antoine Karamici : www.manioc.org/fichiers/V12135

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire