France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
FLASHES

Le SE-Unsa annonce une rentrée tendue

Jeudi 29 août 2013
ÉDUCATION. De la réforme de la formation des enseignants à celle des rythmes scolaires, en passant par la gestion des affectations, le syndicat SE-Unsa dresse un tableau très critique de la rentrée qui s'approche. « Le recteur avait pris de beaux engagements sur la mise en place de dispositifs innovants » , déclare Didier Dorlipo, le secrétaire général du SE-Unsa, évoquant notamment le projet de maîtres itinérants. « Il n'est pas allé au bout, prétextant ne pas avoir trouvé le personnel, mais il ne s'est pas donné les moyens de convaincre les collègues » , poursuit le syndicaliste. L'exemple illustre la position du syndicat enseignant vis-à-vis du rectorat : pas assez de communication avec le corps professoral. Pourtant, les sujets de discussions ne manquent pas.
Concernant la réforme du rythme scolaire, il y a beaucoup de flou, estime le syndicat. « Tout le monde n'est pas prêt à l'instaurer » , assure Didier Dorlipo, qui regrette que certaines communes aient précipité leur choix. Dans plusieurs d'entre elles, les équipes éducatives n'ont pas reçu le projet des mairies. Le syndicat s'attend à pas mal de cafouillages à la rentrée, pointant le manque de préparation des salariés communaux amenés à prendre le relais pendant le temps périscolaire. « Le temps manque pour former le personnel nécessaire » , déplore un enseignant.
Une des solutions adoptées par certaines écoles au niveau national consiste à proposer au personnel enseignant volontaire de développer des activités périscolaires en harmonie avec le projet pédagogique. Une option envisageable car certains enseignants de Guyane sont, eux aussi, prêts à rester après la classe en cas de besoin. Pour peu que les mairies acceptent d'assumer le coût que cela implique.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3