France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

La grève du Tig n'aura pas lieu

Albert ALEXIS Jeudi 05 septembre 2013
La grève du Tig n'aura pas lieu
Le syndicat des transporteurs suspend sa menace de blocage des routes (HG)

La réunion de médiation en préfecture, sur le dossier des compensations financières des transporteurs du TIG, a permis hier matin de désamorcer une situation tendue. Tout n'est pourtant pas réglé.

Tout le monde semblait satisfait au sortir de la réunion de médiation pilotée par le préfet, hier matin. Après la menace d'un mouvement de grève pour l'obtention des indemnisations liées aux pertes d'exploitation des transporteurs du TIG (transporteurs interurbains et urbains de Guyane), la rencontre à laquelle prenait part les services du conseil général, la Deal et le syndicat a visiblement désamorcé la situation. « Nous sommes satisfaits à 95% mais nous restons vigilants » , a indiqué Henri-Michel Anatole, le secrétaire général du syndicat des transporteurs interurbains. Les syndicalistes n'ont pas obtenu l'assurance que les sommes qu'ils revendiquent pour les années 2011 et 2012, près d'un million d'euros, seront effectivement payées par la collectivité, mais ils veulent donner un gage de bonne volonté.
Le président du conseil général de son côté s'est montré compréhensif, affirmant ne pas ignorer les difficultés qu'ont certains professionnels à honorer leur dette sociale, mais il est tout de même resté ferme sur le fond. Alain Tien-Liong a demandé aux transporteurs un peu de patience afin d'obtenir l'accord des élus pour la prise en compte des pertes financières engendrées durant le premier semestre de l'année 2012, alors même que la communauté d'agglomération a récupéré la compétence dès janvier 2012. Une fois que l'assemblée plénière du 12 septembre aura statué favorablement à cette requête, on entrera dans le détail afin de déterminer une bonne fois ceux qui sont en mesure d'être remboursé. Une indemnisation pour déficit d'activité qui devra là encore faire l'objet d'un vote en assemblée plénière, si tout se passe bien le 4 octobre. D'ici là, on ne parle plus de grève.
MISE EN PLACE D'UNE COMMISSION
Les dettes qu'accumulent certaines sociétés ont eu pour conséquence de les empêcher de répondre aux appels d'offres pour la nouvelle délégation de service public qui débute en janvier 2014. Le syndicat a eu l'assurance que les dossiers de ces transporteurs pourraient être reçus sans présager toutefois d'une réponse positive.
Autre effort, de la part des services de l'État cette fois : le préfet Éric Spitz s'est engagé à mettre sur pied une commission de suivi des entreprises en difficulté à laquelle participeraient l'Urssaf, la Banque publique d'investissement ou encore le tribunal du commerce. En place depuis trois ans, la délégation de service public impose aux transporteurs de fournir des bilans avec des éléments de comptabilité mais ce n'est pas toujours respecté. Une situation qui tend à s'améliorer, de l'aveu même du président du conseil général Alain Tien-Liong.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3