Jocelyn Thérèse, coordinateur délégué de la Fédération des organisations amérindiennes de Guyane (Foag), qui organise la semaine prochaine cinq jours d'ateliers sur le changement climatique et la déforestation

LA PHRASE. En matière de changement climatique il n'y a pas de frontières, c'est un problème global, mais les peuples autochtones sont les premiers affectés car ils vivent en forêt
France-Guyane 35 mots - 26.07.2013
L’accès à la totalité de ce contenu est payant ou réservé aux abonnés
Déjà abonné(e) ?

Identifiez-vous

Mot de passe oublié

Abonnez-vous


Le premier mois à 1€

Pass numérique 1 jour

Accès au site pendant 24h pour 1,70€
Voir toutes les offres