• S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

JMJ : quand le sort s'acharne

Thomas FETROT Lundi 22 juillet 2013
JMJ : quand le sort s'acharne
Hier matin, les délégations des JMJ au sortir de la messe (TF)

Les 700 participants aux Journées mondiales de la jeunesse devaient s'envoler hier pour leur grand rassemblement catholique à Rio. Mais la compagnie brésilienne White Jets leur a fait faux bond et ils sont « coincés » à Cayenne.

Manifestement, il était écrit que le séjour en Guyane des participants aux Journées mondiales de la jeunesse de Rio ne pourrait se dérouler dans la quiétude et la sérénité. Du dramatique accident de la route dans lequel une jeune femme de 21 ans est morte, mercredi entre Saint-Laurent et Kourou, aux multiples péripéties qui ont émaillé la semaine, les « JMJistes » n'ont pas été épargnés. Hier, une autre mésaventure est venue perturber toute l'organisation des délégations parisienne, lyonnaise et guyanaise.
Le programme des jeunes pèlerins prévoyait un départ de Guyane hier matin. Pour rejoindre Rio de Janeiro, où le grand rassemblement de millions de catholiques débute demain, les délégations ont fait appel à la compagnie aérienne brésilienne White Jets. Quatre rotations ont été prévues en deux jours et les premiers à partir devaient être les Lyonnais. « Mais ce matin (hier), on a appris que l'avion est en panne à Sao Paolo » , explique Marie Quioc, coordinatrice.
Dès l'annonce de la nouvelle, tous les organisateurs s'échinent à trouver une solution fiable et rapide. L'évêque de Guyane, Monseigneur Lafont, décroche son téléphone. « J'ai contacté Christiane Taubira qui a informé le ministre des Transports » , affirme l'homme d'Église. Car, au-delà du « beau témoignage de foi » dont se félicite l'évêque, le fait de devoir héberger quelques jours supplémentaires des centaines d'invités implique un important investissement financier.
« Rio est au courant de la situation et le cardinal Barbarin (archevêque de Lyon, ndlr) a informé le Vatican, assure Marie Quioc. On aimerait éviter de repasser par Paris, mais ça ne dépend pas de nous. » Malgré tous ces désagréments, l'ambiance est qualifiée de « bonne » par la coordinatrice. Le samedi aux Îles du Salut a été très apprécié, même si le cardinal a fait une frayeur au préfet en étant victime d'un léger malaise.
Quoi qu'il en soit, hier soir, aucune solution n'avait encore été trouvée. « Après ce qu'il s'est passé (le décès de Sophie Morinière), ça ferait du bruit si la délégation de Paris n'était pas présente à Rio » , lance Marie Quioc. Et la déception des centaines de pèlerins serait insondable.
- Une lettre des parents de Sophie
Vendredi soir, la place des Palmistes de Cayenne a été le théâtre d'une importante messe, célébrée pour le passage des participants aux Journées mondiales de la jeunesse. Elle a été marquée par la lecture, par l'évêque Emmanuel Lafont, d'une lettre des parents de Sophie Morinière, tuée mercredi matin dans l'accident de son bus.
« Depuis qu'elle était avec vous, elle ne cessait de nous parler de votre joie et de votre gentillesse, écrivent ses parents. Sophie était joyeuse et gentille, bonne comme vous. Certains d'entre vous ont été les derniers à la voir, avant que le Seigneur ne la rappelle à lui. Nous voulions vous remercier, depuis le drame, pour votre solidarité et vous remercier tous pour vos prières et vos pensées, qui nous soutiennent dans l'épreuve. Sophie quittera votre terre samedi soir (avant-hier, ndlr). Compte tenu de ce cours délai, il nous est impossible de venir vous rejoindre avec nos trois autres enfants. Mais nous sommes unis avec vous en un lien puissant, celui de l'amour des hommes et de l'amour de Dieu. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire