France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Halte aux feux!

Albert ALEXIS Mercredi 04 septembre 2013
Halte aux feux!
Le nouveau dispositif de lutte contre les feux devrait aider les sapeurs-pompiers à être plus réactifs (HG)

En cette période de saison sèche qui débute, les services de l'État, les pompiers, mais aussi la société civile, initient un nouveau dispositif pour lutter contre les nombreux feux de végétation.

Tout commence souvent par un mégot de cigarette. Quelques heures plus tard, ce sont des centaines et des centaines d'hectares qui partent en fumée. Si le département, du fait de sa situation amazonienne, est épargné par les feux de forêt, les feux de savane, de broussaille sur des terrains abandonnés à proximité des habitations sont légion, près de 1 400 recensés l'an dernier.
Piloté par l'état-major de la zone de défense, un nouveau dispositif mise sur la prévision.
« Nous sommes partis d'un programme de veille canadien qui a fait ses preuves depuis des années, notamment dans l'Hexagone, dans le Sud et le Sud-Ouest » , indique Mathieu Texier, responsable climatologie à Météo France. Impossible d'appliquer ce programme sans l'adapter, puisqu'il combine une série de facteurs naturels, d'indices, pour en déduire une échelle de risque d'incendie.
« feu Météo » , c'est son nom, a donc demandé un certain temps avant d'être prêt pour ce grand test. Les météorologues produiront de façon journalière une alerte spécifique reprenant un code couleur, du vert pour un risque faible au noir pour un risque très élevé.
ÊTRE VIGILANT
Pour arriver à ce résultat, il faut prendre en compte la force du vent, l'intensité de la sécheresse, la pluviométrie ou encore la nature de la végétation dans les zones les plus sensibles. Une sacrée opération pour les prévisionnistes, qui ne disposent pas de beaucoup de données de comparaison dans le temps. Avec pas plus d'une demi-douzaine de camions-citernes Feux de Forêts dans le département, les services d'incendie ont tout intérêt à être réactifs. Trois zones sont plus particulièrement surveillées : l'île de Cayenne, la région de Kourou et Saint-Laurent du Maroni-Mana.
Dans la plupart des cas, ce sont les comportements de tout un chacun qui provoquent des départs de feu, c'est pourquoi l'autre volet du dispositif repose sur une campagne de sensibilisation grand public. Un livret sera édité avec des recommandations de bons gestes, comme éviter de brûler les déchets verts, prévoir de l'eau à côté de son barbecue ou encore couper la végétation dans un rayon de 50 mètres autour du domicile. Le préfet Éric Spitz insiste sur l'aspect pédagogique : « On ne pouvait pas rester plus longtemps sans réagir, rien qu'en modifiant les comportements on peut faire reculer les statistiques. » Le dispositif est en phase de test grandeur nature pendant toute la saison sèche, soit trois mois. Plus d'une quinzaine de partenaires sera mobilisée en fonction du niveau d'alerte, mais avant tout c'est à la population de faire preuve de vigilance.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire