France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
éducation

Félix-éboué : la classe préparatoire en colère

Vendredi 12 avril 2019
Félix-éboué : la classe préparatoire en colère
Une quinzaine d'enseignants et d'élèves de la classe préparatoire du lycée Félix Eboué ont manifesté contre la suppression de certaines options hier. - Gabrielle Trottmann

Les enseignants de la classe préparatoire du lycée Félix-Éboué ont débrayé hier afin de dénoncer les menaces pesant sur le maintien de plusieurs options à la rentrée prochaine. Ils ont reçu le soutien de nombreux élèves.

Une quinzaine de professeurs et d’élèves unis pour défendre l’unique classe préparatoire de Guyane. C’est le tableau qui s’offrait hier matin à la pause de dix heures devant les grilles du lycée Félix-Éboué, à Cayenne. Les enseignants ont fait grève toute la journée afin de dénoncer les menaces pesant sur l’avenir de nombreuses options à la rentrée prochaine : ils affirment qu’une trentaine d’heures de cours par semaine seraient concernées, soit un tiers du temps d’enseignement de la classe préparatoire au total. «  Est-ce qu’il va falloir continuer à prendre l’avion pour réussir en Guyane ?  », s’indigne Marc Pavé, professeur d’histoire.

Des parcoursde réussite

D’après les informations recueillies par les syndicats, la direction du lycée envisagerait de conditionner l’ouverture des enseignements optionnels à un seuil minimal d’élèves souhaitant étudier ces matières. Combien ? La direction ne le précise pas. Le fait est rarissime pour une classe préparatoire, où il n’est pas rare que des professeurs dispensent des cours pour seulement un ou deux élèves dans l’Hexagone.

La classe préparatoire du lycée Félix-Éboué a accueilli environ 250 élèves depuis sa création en 2006. Et son bilan n’est pas à contester, d’après les enseignants : «  Nos élèves deviennent cadres ou chefs d’entreprise. Près de la moitié d’entre eux ont intégré une grande école ou réussi un concours sélectif  », explique Marie Buffet, professeur de lettres. à l’issue de leur formation, les élèves de la classe préparatoire peuvent passer des concours pour intégrer l’École normale supérieure, mais aussi de grandes écoles de commerce, ou encore Sciences po. Et ils auront acquis des bases solides afin de passer plus tard les concours permettant de devenir enseignant. Des parcours de réussite, certes, exceptionnels, mais qui n’auraient peut-être pas pu avoir lieu si cette formation exigeante n’existait pas en Guyane : près de la moitié des vingt-quatre élèves que compte actuellement la classe préparatoire sont boursiers.

G. T.

Une quinzaine d'enseignants et d'élèves de la classe préparatoire du lycée Félix Eboué ont manifesté contre la suppression de certaines options hier. - Gabrielle Trottmann

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

dtc97300 12.04.2019

Mais ? Mais ? Que des néo-guyanais d’après le député Adam...où sont les pépites locales ? C’est sans doute l’heure de la pause sandwich ?

Répondre Signaler au modérateur
mikeromeo 13.04.2019

Certains sur la photo étaient là avant que le député en question naisse.

Répondre Signaler au modérateur
Affreux Jojo 12.04.2019
Et Damas ?

Il me semble qu'il y a une autre prépa à Damas. Je me trompe ?

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
6 commentaires
A la une
2 commentaires