• S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Dièse la Mananaise

Pierre-Yves CARLIER Vendredi 12 juillet 2013
Dièse la Mananaise
Dièse se consacre également à la mode (Jabiro Edison/2013)

La demi-finaliste de l'émission « The Voice » chantera demain soir à la fête de Mana. Ses parents, Cheikh et Noria Bachir, comptent de nombreux amis dans la commune et sont installés depuis huit ans à Saint-Laurent.

L'ANNIVERSAIRE DU RECEVEUR
La chanteuse Dièse, révélée cette année par l'émission de TF1 « The Voice » , sera sur la scène de la fête de Mana, demain soir. Peu le savent : ce sera en fait la troisième fois qu'elle chantera dans la commune. Les deux premières fois, c'était en février, alors qu'elle passait des vacances chez ses parents, à Saint-Laurent. Cheikh et Noria Bachir, habitent au Lac Bleu. Mais c'est à Mana qu'ils comptent le plus d'amis. En février, ils sont invités à l'anniversaire du receveur des postes, au Buffalo. Il y a là le Dr Agha, le maire Georges Patient. Un mois plus tôt, Dièse - Sarah Bachir pour l'état civil - a enregistré la première de « The Voice » . Les amis de ses parents la découvrent chanteuse : « Les gens la suivaient un petit peu. Elle était là, pour la petite fête » , se souvient le Dr Agha. Son succès arrivé par la suite ? « Ça fait plaisir aux gens d'ici. On voudrait qu'on entende parler de Mana et de Saint-Laurent. »
DISCUSSION AVEC GEORGES PATIENT
Dièse chante une deuxième fois, quelques jours plus tard, chez les frères Kalloe, davantage connus comme riziculteurs que comme découvreurs de talent. « C'était spontané. C'était très bien » , se souvient Sin Kalloe. La suite, c'est sa maman, Noria, qui la raconte : « En plaisantant, Georges Patient lui a demandé de chanter à la fête de Mana. Elle lui a répondu : « Si tu me paies le billet d'avion, je viens. » C'était pour plaisanter. Elle ne savait pas encore qu'elle irait si loin. »
PREMIÈRE SCÈNE
Sarah Bachir et ses parents ont l'habitude de dire que tout a commencé quand elle avait deux ans et demi, au jardin musical de Pantin (Seine-Saint-Denis). Suivront les premiers cours de guitare classique, des prix en Picardie, le conservatoire de Bastia, au gré des mutations de son policier de papa. « Elle chantait tout le temps, depuis toute petite. En voiture, avec son père. Brassens, Brel... Et Petite Marie... Qu'est-ce qu'elle nous a bassinés avec ça! »
Le papa l'aide pour ses cours : « À force, il est devenu champion de solfège. » C'est en Corse, que l'envie de chanter la saisira. Aux beaux jours, Sarah, qui est adolescente, se rend sur une place, à dix minutes à pied de chez elle, où des artistes se produisent tous les soirs. « La scène, c'est ça qui l'attirait. »
LA GUYANE - SAINT-CYR
Son voeu sera exaucé un soir de juin. « Elle me disait : « Je vais chanter à la Fête de la musique. » Je lui disais d'arrêter. Elle insistait. On a commencé à paniquer. » Le 21 juin arrive. Sarah interprète Un Autre Monde, de Céline Dion. La même chanson qui fera gagner l'émission « The Voice » cette année à Joann Fréget. « Elle nous a bluffés. »
Mais la future Dièse doit mettre ses ambitions de chanteuse de côté. Ses parents quittent la Corse pour Saint-Laurent du Maroni, où son père rejoint la police aux frontières (Paf). Sarah reste dans l'Hexagone. Ses parents l'inscrivent au lycée militaire de Saint-Cyr. « Ça nous rassurait. On se disait qu'elle ne partirait pas à droite à gauche. »
LE LOUPÉ DE LA « STAR AC »
Son père effectue huit ans à la Paf de Saint-Laurent. Il y a quelques semaines, il se met en préretraite. « Sinon, il devait être muté, explique son épouse. On voulait rester ici. Je me plais en Guyane. » Noria Bachir fait famille d'accueil pour l'Aide sociale à l'enfance (ASE). Le juge lui a confié six enfants. Pour faire vivre tout ce petit monde, le couple a acheté la maison accolée à la leur, dans le quartier du Lac Bleu.
Pendant ce temps, celle que ses parents continuent d'appeler « Sarah » décroche son bac, prolonge un séjour aux États-Unis qui lui fait louper les sélections à la Star Academy, obtient son diplôme de management en octobre dernier. « Pour moi, c'était essentiel. Elle avait complètement abandonné l'idée de chanter. »
QUARANTE-HUIT HEURES EN GUYANE
Dièse rend visite à ses parents en moyenne une fois par an en Guyane. Elle passe l'essentiel de son temps avec eux, même si elle compte quelques amis à Saint-Laurent, avec qui elle aime passer une soirée au Tipic Créole ou au Toucan. Un peu de tourisme : le Maroni en pirogue ou les chutes Voltaire avec son père. Puis arrive « The Voice » .
La première émission, Dièse la regarde depuis la Guyane avec ses parents. « J'étais à l'enregistrement. Il n'y avait pas l'effet de surprise » , confie sa maman. La suite, ils la vivent en direct. Sur place quand ils peuvent, ou derrière leur écran d'ordinateur à Saint-Laurent.
Dièse, 25 ans, atteint les demi-finales, qui lui ouvrent les portes de la tournée, avec sept autres concurrents. Samedi, ils étaient à Bayonne (Pyrénées Atlantiques), mardi au Liban. Dièse atterrira demain à Félix-Éboué. Elle repartira lundi. Pas de vacances. « Je lui avais dit de rester une semaine, mais elle a des obligations. » La suite se dessine en pointillés. « Elle veut continuer dans ce domaine. Si elle ne chante pas, elle fera du management dans le milieu musical. »
Demain dans votre TVMag, deux pages d'interview de Dièse.
Le programme de la fête de Mana en page 8.
- Ses cheveux : « Ça a été un choc »
Chez les Bachir, des portraits de leur fille enfant et adolescente rappellent que Dièse a eu les cheveux longs. Attachés en natte, petite, détachés jusqu'en bas du dos, ensuite. « J'aime les cheveux, alors je lui laissais très longs, raconte sa maman Noria. Sarah me disait toujours : « Quand je serai grande, je me raserai les cheveux et je porterai une perruque. » Les cheveux longs, c'est beaucoup d'entretien. »
Les années passent. Les parents s'installent à Saint-Laurent. « Un jour, mon mari me dit qu'il va me montrer quelque chose sur internet. Il me fait m'asseoir et me montre quelqu'un avec les cheveux rasés. Je n'ai d'abord pas reconnu ma fille. J'ai failli tomber. Même la famille, ça a été un choc. Il n'y a que son père... Et puis on s'y fait. Ça lui va bien. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire