• S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Dentistes : démissions du conseil de l'ordre

Thomas FETROT Samedi 13 juillet 2013
Dentistes : démissions du conseil de l'ordre
Le docteur Garnier a démissionné de la présidence du conseil de l'ordre des dentistes (TF)

Suite au refus de Michèle Monlouis-Deva d'abandonner son poste au sein du bureau du conseil de l'ordre départemental des chirurgiens-dentistes, les six autres titulaires ont décidé de démissionner.

Un nouvel épisode dans « l'affaire Monlouis-Deva » . Le 10 juin, six des sept membres du bureau du conseil départemental de l'ordre des chirurgiens-dentistes ont démissionné de leur poste. Une décision qui fait suite au refus de leur consoeur, Michèle Monlouis-Deva, d'abandonner son siège au sein du conseil. Ce choix pour le moins radical n'est qu'une illustration supplémentaire de la discorde née de l'attribution, en avril dernier par le conseil régional, d'une subvention de 300 000 euros à la praticienne. Celle-ci étant, par ailleurs, la fille du 7e vice-président de Région.
Quelques jours après la parution de l'affaire dans les colonnes de France-Guyane, un collectif constitué de dentistes et de deux associations réclame l'intervention du préfet pour faire annuler la subvention. Rodolphe Alexandre, soutenu par sa majorité, s'insurge et ne comprend pas l'indignation suscitée par la subvention. Le président du conseil départemental de l'ordre, René Garnier, réagit en dénonçant « une distorsion de la concurrence et un manque d'équité » . L'affaire remonte jusqu'aux oreilles du président national, Christian Couzinou.
Michèle Monlouis-Deva finit par décliner la subvention de 300 000 euros. De fait, son cabinet est déjà fonctionnel et accueille des patients. Néanmoins, le conseil de l'ordre estime que la praticienne ne peut plus siéger en son sein, où elle a été élue quelques semaines auparavant. « Tous les dentistes ont protesté contre cette subvention et on a considéré qu'elle ne pouvait plus représenter la profession au conseil » , explique le désormais ex-président, René Garnier. Car, face au refus de Michèle Monlouis-Deva de quitter son siège, le docteur Garnier décide de démissionner. Il est suivi par l'ensemble du conseil. « Nous avons mis notre responsabilité en jeu, parce qu'on ne pouvait plus travailler dans une ambiance aussi pénible » , souligne René Garnier.
Pour l'heure, l'Agence régionale de santé va nommer trois praticiens qui devront gérer les affaires courantes. Le conseil national va organiser des élections au mois de septembre. Un scrutin auquel se soumettra l'équipe démissionnaire. « On veut poursuivre notre mission » , assure le docteur Garnier. Le docteur Monlouis-Deva confirme « ne pas avoir démissionné » et explique : « On me met tout sur le dos. J'ai écrit au national et j'attends des réponses. » Pour l'heure, la praticienne préfère ne pas s'exprimer davantage.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
8 commentaires

Vos commentaires

cricri973 18.10.2013

Félicitations au Président de l'ordre et à ses confrères qui dénoncent ainsi le népotisme. Nou pa lé malprop a dan profèsyon a !

Répondre Signaler au modérateur
benj77 16.07.2013
Non mais on marche sur la tête!

En quoi une installation de dentiste libéral à Cayenne nécessite une subvention de 300.000 euros? Comment font tous les dentistes qui se posent dans une ville de plusieurs dizaines de milliers d'habitants? Munis de leur diplôme, ils vont voir leur banque qui leur prête les fonds! Bis repetita, s'il s'agissait d'aider à l'installation d'un praticien dans une zone enclavée à forts besoins, la donne serait tout à fait différente.

Répondre Signaler au modérateur
cricri973 18.10.2013

Bravo, bien analysé ! Je pense à un beau pays le Sénégal qui cherche à sortir du népotisme de la famille de l'ancien président. Nou lé isi a rété ké noumèm an nou mèm ; gain an lo moun ki pa dakòr ké sa !

Répondre Signaler au modérateur
Melville 15.07.2013

Mais, cher Socrates, la Région était parfaitement dans son rôle en accordant la subvention dont vous parlez. Promouvoir le développement économique et culturel, c'est une des principales missions que lui a confié le législateur. Et cette mission -Cela va sans dire !- prend une importance toute particulière dans un pays en construction comme la Guyane. C'est à cette aune que le journaliste devrait rédiger son article, pour nous éclairer et nous aider à mieux comprendre les dessous de l'affaire. Quel est le contexte, quel est l'enjeu. En l'occurrence, que cache en vérité cette démission en bloc. A cette question, cruciale, le journaliste se garde bien de répondre.Et pour cause.

Répondre Signaler au modérateur
benj77 15.07.2013
Que des jeunes

s'installent en Guyane, quoi de plus naturel, mais pas aux frais exclusifs su contribuable dans une zone où ça ne se justifie absolument pas! Un dentiste voudrait se poser à Maripasoula, par exemple, où les contraintes sont lourdes, les frais de construction forcément élevés, là on pourrait comprendre. Mais à Cayenne & environs, Kourou, St Laurent, c'est un pur scandale. Quid des autres dentistes - Guyanais ou pas - qui se seront installés sur leurs propres subsides?

Répondre Signaler au modérateur
socrates 15.07.2013

Compatriote, je t'apporte mon soutien et que les démissionnaires retournent chez eux, je suis sûr que d'autres viendront prendre leurs places. La région avait fait une bétise en accordant cette subvention à cette jeune praticienne mais là, c'est la solidarité guyanaise qui rentre en jeu. Nous avons beaucoup de jeunes guyanais et autres qui souhaitent s'installer en Guyane.

Répondre Signaler au modérateur
lori_guyane 02.11.2015
Comment font les autres ?

Comment font tous ceux qui ne touchent pas de subventions ?

Répondre Signaler au modérateur
benj77 14.07.2013
Quand je raconte l'histoire de cette subvention

dans l'hexagone, on ne me croit pas. Il faut joindre les uril des articles qui rapportent l'affaire

Répondre Signaler au modérateur