• S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Dengue : le vaccin bientôt prêt

Lundi 15 juillet 2013

La mise au point, par Sanofi Pasteur, du premier vaccin contre la dengue, doit être achevée à la fin de l'année sur le site de Neuville-sur-Saône, près de Lyon. La commercialisation est prévue pour 2015.

« Nous sommes aujourd'hui à une étape très importante, la phase III des essais cliniques, et nous attendons, courant 2014, les résultats des essais d'efficacité réalisés dans dix pays d'Asie et d'Amérique latine auprès de 30 000 volontaires » , déclare Guillaume Leroy, vice-président vaccin dengue chez Sanofi Pasteur. Il se dit « très confiant » quant aux « profils de tolérance et de sûreté » du vaccin.
« Pour gagner du temps, on va débuter la production fin 2013 pour pouvoir déposer tous les dossiers d'enregistrement fin 2014 » , indique Alain Bernal, directeur de la communication. Objectif de production : plus de 100 millions de doses par an, soit plus d'un milliard sur 10 ans à raison de trois injections par patient.
« QUATRE EN UN »
C'est dans les laboratoires très automatisés de ce site flambant neuf entièrement dédié à la dengue, que seront produits les cellules et leurs « nutriments » , qui seront ensuite transférés en zone de culture virale où ont été développés les « quatre virus vivants atténués » de la dengue, explique Olivier Briand, directeur de production. « Ce vaccin « quatre en un » est composé des quatre types de virus ou sérotypes de la dengue » , souligne Antoine Quin, directeur du site. C'est pourquoi, il faut compter « entre 18 mois et deux ans entre le début de production du vaccin et son conditionnement » .
Selon une étude publiée en 2012, le vaccin s'était révélé efficace à 30% sur le sérotype 2 du virus. Mais son taux d'efficacité atteignait de 60 à 90% pour les trois autres sérotypes. « Les vaccins n'ont pas à être efficaces à 100% et si quelqu'un est immunisé aux trois autres sérotypes, le vaccin va booster sa réponse immunitaire et il sera plus protégé à l'avenir » , fait valoir le Pr Duane Gubler, directeur du programme sur les maladies infectieuses émergentes (Universités de Duke et de Singapour).
La dengue frappe chaque année près de 100 millions de personnes dans le monde. En Guyane, depuis début juin, l'épidémie est entrée dans une phase descendante. L'Agence régionale de la santé annonçait même il y a quinze jours la fin de l'épidémie dans l'ouest. Depuis le début de l'épidémie, en septembre 2012, environ 14 000 cas évocateurs ont été dénombrés sur tout le territoire pour près de 5 000 cas biologiquement confirmés. Début juillet, 635 personnes avaient été hospitalisées dont 58 pour une forme sévère de la dengue. L'épidémie a fait cinq morts.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire