France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

De 10 à 18 ans de réclusion criminelle pour les accusés

Samir MATHIEU Samedi 23 Novembre 2019 - 09h00
De 10 à 18 ans de réclusion criminelle pour les accusés
La salle d'audience était pleine avec beaucoup de monde pour entendre le verdict. - Samir MATHIEU

Les jurés ont condamné les trois hommes accusés du meurtre de Patrice Clet à des peines de prison ferme. Des peines modérées pour lesquelles ils ne devraient pas faire appel selon leurs avocats.

Les deux avocats de la défense qui ne s’étaient pas encore exprimés ont pris la parole. Me Sébastien Béna en premier lieu. C’est l’avocat de Yannick McKenzie. Il a défendu la version apporté par son client. Puis, ce fut au tour de Me Mustapha Khiter de prendre longuement la parole pour sa plaidoirie. L’avocat du conducteur de la voiture a mis en exergue le manque de preuves contre son client. Il a expliqué que Kérian Bourguignon était constant dans ses déclarations depuis le début : «  Il a toujours dit qu’il n’avait fait que conduire pour une livraison de stupéfiants et non pour un braquage. » Il a demandé aux jurés de ne pas tenir compte de l’opinion publique : «  Un procès pénal n’est pas là pour satisfaire les victimes. La cour d’assises n’a pas ce rôle  », a-t-il indiqué avant de réclamer l’acquittement de son client. Car pour Me Khiter «  rien ne prouve que son client savait  ». Il a demandé à la cour de prendre en compte l’un des fondements même des assises : l’oralité des débats.

Pas d’appels

Et puis, le conseil du chauffeur a contré les arguments de l’avocat général qui s’en était vivement pris à l’attitude de son client jeudi. Pour Me Khiter, la parole de Kérian Bourguignon a autant de poids que celle des deux autres accusés, notamment celle de Jérôme Douglas. Et à son propos, il a démonté sa version, estimant qu’il avait menti : «  Monsieur Douglas nous a dit des tas de mensonges.  » Avant de conclure en demandant aux jurés de «  prendre de la hauteur  » et de «  faire honneur à la justice et à la Guyane  » en acquittant Kérian Bourguignon.

Finalement, le message de l’avocat a été partiellement entendu puisque, même si son client a été reconnu coupable des faits qui lui étaient reprochés, il a vu sa peine largement allégée par rapport à ce qui avait été requis par l’avocat général. Kérian Bourguignon a donc écopé de 10 ans de réclusion criminelle. Yannick McKenzie s’est vu condamner à 15 ans de prison. L’auteur du coup de feu mortel, Jérôme Douglas, s’est vu prescrire 18 ans de réclusion. Des peines en deçà de ce qui avait été demandé par l’avocat général Michel Bonnieu. Par conséquent, les avocats ont expliqué à l’issu du procès, et après avoir discuté avec leurs clients, qu’ils ne devraient pas faire appel du jugement.

Samir MATHIEU

« La cour a fait la part des choses »

«  15 ans, c’est lourd mais on doit le mesurer à l’aune de la peine encourue. Il risquait la prison à perpétuité. De ce point de vue, 15 ans c’est mesuré. Je n’oublie pas que Patrice Clet est mort des suites de cette tragique histoire. Je me félicite que la cour ai fait la part des choses sur le rôle joué par chacun. Finalement, il y a une distribution des peines qui me semble adéquat avec les degrés d’implication différents selon chacun. En ce qui concerne la vérité, mon client a fait des concessions. Il a reconnu au cours des débats un certains nombre de choses qu’il avait du mal à reconnaître jusqu’alors. Restent des zones d’ombre. On s’approche de la vérité, mais je pense qu’aucun des trois n’a assumé la vérité. »


Sébastien Béna - Samir MATHIEU
« Les jurés ont fait preuve de compréhension »

«  Je trouve que les jurés ont fait preuve de compréhension et n’ont pas été sur la peine réclamée par le public. Le procès avait fait l’objet d’un incident (ndlr : manifestation des collectifs) jeudi matin. Je crois que les jurés ont compris que mon client n’était pas un assassin et l’ont sanctionné à une peine qu’il pourra comprendre et accepter. Je ne pense pas qu’il fera appel. »


Sonia Palou - Samir MATHIEU
« Le pardon atténue la douleur mais je n’oublierai jamais »

«  C’est seulement la moitié de la vérité. Ce n’est pas toute la vérité mais je suis reconnaissant d’en savoir un peu plus. J’ai accordé mon pardon, car il y en a un qui a ressenti de la culpabilité, qui a émis des regrets. Mon pardon a été plus dirigé vers Jérôme Douglas. J’ai pardonné aussi à Yannick McKenzie mais je doute sur sa sincérité. Je n’ai plus de haine. Je n’oublierai jamais. Le pardon a atténué la douleur, mais elle sera toujours présente. »


David Clet - Samir MATHIEU
« Je reste sur ma faim, car on n’a pas de réponse »

«  Je reste sur ma faim. On n’a pas de réponse. On se sais pas véritablement ce qui s’est passé. On se sait pas quel a été le rôle de chacun dans cette tentative de cambriolage. On ne sait pas quelles étaient les motivations, si mon mari était clairement visé. Je ressors insatisfaite. Je m’attendais à ne pas avoir de réponse, mais j’espérais quand même. Sur la peine, je ne suis pas forcément surprise, car l’auteur du coup de feu n’avait pas de casier judiciaire. On a été touché par les soutiens nombreux et toute la famille était présente ainsi que ses amis politiques. »


Carmise Clet - Samir MATHIEU
Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
Guyane

Lundi 2 Décembre 2019

Pancho Devant

2 commentaires
A la une
1 commentaire
3 commentaires
1 commentaire