• S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Daiana, des fleurs et des ambitions

A. S.-M. Vendredi 19 juillet 2013
Daiana, des fleurs et des ambitions
Avec trois serres, dont une de 2 700 m2, Daiana affiche ses ambitions (ASM)

Tout en suivant ses études, Daiana a monté sa pépinière à Montsinéry. Aujourd'hui, ses premiers plants sortent de terre.

À à peine 25 ans, Daiana Balkissoon possède deux BTS, dirige son entreprise et travaille à monter sa pépinière. À la tête d'Ouest Fleurs, la jeune fille ne se présente pourtant pas comme une boulimique du travail, juste comme une passionnée. Pour la trouver, il faut se rendre au lieu-dit La Bordelaise, à Montsinéry, où sa pépinière prend forme sur 2 hectares dont 5 000m2 sous serre, sur le terrain familial. Car sa passion des plantes, elle la tient de son père arrivé en Guyane dans les années 80 et qui a créé sa propre pépinière, Exotic Plantes. « J'ai cinq soeurs, mais aucune n'est intéressée par le métier » , raconte Daiana. Autant dire que lorsqu'elle a décidé de se lancer, le père tout de suite l'a soutenue.
Le parcours de Daiana n'est pourtant pas cousu de fil blanc. Il a même pris des directions inattendues. En 2007, âgée de 19 ans, elle décroche un bac pro horticole à Toulouse et effectue plusieurs stages aux Pays-Bas. « Je suis revenue au pays et j'ai commencé les démarches pour créer ma pépinière. En même temps, je suivais un BTS technico commercial en végétaux d'ornement par correspondance. » Le dossier met du temps à se monter. Daiana part alors suivre un stage agricole dans un élevage de bovins... en Australie. Tout en poursuivant son BTS par correspondance. L'aventure dure de 2008 à 2010. De retour en Guyane, la jeune femme relance son activité tout en entamant un nouveau BTS, assistante de gestion cette fois, à Saint-Laurent. La semaine, des professionnels préparent son terrain tandis qu'elle étudie. Elle passe ses week-ends entre son terrain et les marchés où elle aide son père.
En 2012, les aides européennes commencent à tomber et, en août, son entreprise voit enfin officiellement le jour. Depuis, elle se développe lentement mais sûrement. « Les serres sont prêtes, l'irrigation aussi. » Les premiers essais ont débuté avec des plants d'orchidées et d'anthurium. « Je contrôle le développement. Ca coûte de l'argent et du temps, mais pour avoir de la qualité, il faut être patiente. » En septembre, Daiana se rendra en Équateur pour choisir ses futurs plants de roses. Son objectif : « la vente aux professionnels et aux grandes surfaces. » Mais, ce n'est pas tout. Elle songe aussi à un troisième BTS, cette fois de fleuriste, avec l'ambition d'ouvrir un jour sa propre boutique. Mais la vie de famille dans tout cela ? « Mes enfants, ce sont mes plantes! Le matin, je les observe et si tout va bien, je suis heureuse. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire