France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Chaumet : « Un seuil à 4 ou 5 millions serait raisonnable »

Propos recueillis par FXG, à Paris Samedi 31 août 2013
Chaumet : « Un seuil à 4 ou 5 millions serait raisonnable »
Alain Chaumet, président du Medef Guyane (FXG)

Le président du Medef Guyane, Alain Chaumet, est à l'université d'été du mouvement patronal qui se tenait au campus de HEC, en région parisienne. Au menu, la défiscalisation...

Les réponses que le ministre des Outre-mer vous a apportées sur les questions de défiscalisation et de financement de l'économie vous ont-elles satisfait ?
Je suis assez satisfait et on peut considérer le ministre des Outre-mer comme un partenaire. Nous avons une relation privilégiée avec lui. Il écoute et, en tant qu'ancien président de Région, il a été acteur. Il y a des choses qu'il comprend plus facilement que ses prédécesseurs et il est sensible à nos préoccupations. Tout ce qu'il nous a dit devant le club Outre-mer du Medef, c'est un peu la synthèse de toutes les discussions que nous avons déjà eues avec lui. Il y a encore quelques zones d'ombre, mais on lui fait confiance. Il est aujourd'hui notre meilleur avocat au sein du gouvernement.
Pour les seuils d'accès au crédit d'impôt, la fourchette va de 2 à 25 millions de chiffre d'affaires. Quelle est votre préférence ?
On l'a senti un petit peu gêné sur ces seuils. Deux millions, c'est trop bas, 25, c'est trop haut... Je pense qu'un seuil à 4 ou 5 millions, ce serait raisonnable par rapport à l'assiette significative qu'il recherche dans le cadre de l'expérimentation.
Et sur le préfinancement du crédit d'impôt ?
Tout va dépendre de la BPI (Banque publique d'investissement), mais nous pensons qu'au début du mois de janvier, elle sera opérationnelle.
Vous avez interpellé le ministre sur la suspension du permis Rexma, pourquoi ?
Je m'interroge sur la méthode. Voilà une instruction qui a fait l'objet d'investigations approfondies durant cinq ans et puis, d'un seul coup, on laisse imaginer qu'il y a eu falsification...
Je ne suis pas là pour porter un jugement de valeur, c'est la justice qui le dira, mais on peut s'interroger sur une instruction menée par tous les services de l'État pendant cinq ans! Ça veut dire qu'il y a une défaillance. Le fait de suspendre signifie donc que le présumé innocent n'existe pas dans la décision ministérielle sur une activité qui aurait dû déjà commencer depuis plus de six mois. Il y a de quoi s'interroger...

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire