France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Amiante : le Larivot fait l’unanimité

Bernard DORDONNE Jeudi 20 Juin 2019 - 03h20
Amiante : le Larivot fait l’unanimité
Le bâtiment de l’ancienne école de commerce de la CCIG, situé au Larivot, à Matoury,

Syndicats et avocats prennent acte du projet de tranfert du tribunal dans l’ex-école de gestion de la CCIG. Ils demandent que toute l’activité soit concernée.

Concernant le bâtiment de l’ancienne école de commerce de la CCIG, situé au Larivot, à Matoury, les syndicats de la justice considèrent que c’est la seule solution rapide et viable pour transférer les activités du tribunal, fermé pour cause d’amiante. Mais ils demandent un transfert global de l’activité judiciaire pour éviter l’éparpillement des services. Une proposition qui leur paraît plus rapide dans la mesure où ils ont appris que de l’amiante avait été découverte au rez-de chaussée de l’immeuble Majestic, à Cayenne, qui doit abriter des services judiciaires dont trois salles d’audience. Des travaux de désamiantage vont être opérés. La livraison, prévue en septembre, a été reportée à décembre.

Les syndicats insistent auprès des chefs de cour et de juridiction pour que le transfert global de l’activité et du personnel de la justice se fasse dans les plus brefs délais au Larivot. Selon eux, les conditions de travail actuel sont inadmissibles.

Les syndicats de la justice ont rendez-vous à la Direction du travail : « Nous avons beaucoup de questions à leur poser, notamment sur le respect du principe de précaution. De l’amiante a été découverte au tribunal d’instance et au conseil des prud’hommes, et le bâtiment est toujours ouvert. Nous allons aussi les interroger sur la destination des déchets enlevés au TGI », indique un représentant syndical.

« Rester solidaires »

Les syndicats dénoncent un manque d’intérêt que les chefs de juridictions portent sur leur situation médicale : « Nous avons appris que des collègues qui sont repartis en Métropole ont déjà été convoqués par le médecin du travail et qu’un suivi médical a été enclenché. En Guyane, rien n’est fait », s’énerve un délégué syndical.

Les syndicats lancent un appel à la mobilisation : « Restons solidaires et mobilisons-nous afin d’obtenir nos fiches d’exposition, nos suivis médicaux, la vérité sur tous les éléments, des analyses rapides et notre déménagement à tous dans le bâtiment du Larivot. »

Le tribunal de Cayenne. - BD

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
10 commentaires
A la une