France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Amiante au tribunal : magistrats et fonctionnaires font valoir leur droit de retrait

Mardi 02 avril 2019
Amiante au tribunal : magistrats et fonctionnaires font valoir leur droit de retrait
Les syndicats ont eu une réunion d'informations avec le personnel - BERNARD DORDONNE

La nouvelle est tombée vendredi. Un rapport de repérage de l’amiante avant travaux, réalisé au palais de justice de Cayenne, fait état de présence de matériaux et produits contenant de l’amiante. Le personnel a fait valoir son droit de retrait.

Le rapport indique que l’enduit, la peinture de la sous-dalle du rez-de-chaussée, ainsi que les 1er, 2e et 3e étages sont amiantés. Les zones se trouvent dans un état de dégradation très avancé au rez-de-chaussée, au niveau du balcon du 1er étage donnant sur l’avenue du Général-De-Gaulle et du balcon du 3e étage côté cour. Le rapporteur conseille d’effectuer rapidement des travaux de retrait ou d’encapsulage d’amiante.

En prenant, hier matin, connaissance du rapport, les magistrats et les fonctionnaires du tribunal de grande instance ont vu rouge. « On est dans le questionnement. On ne veut prendre aucun risque pour les justiciables, pour les avocats, pour le personnel. On est en plus dans des travaux ! A-t-on pris des précautions contre les poussières ? Nous ne savons pas s’il y a eu des recherches d’amiante sur l’autre partie du TGI. Avant le début des travaux, on nous avait assurés qu’il n’y avait pas d’amiante. Nous avons fait confiance à des gens qui nous ont menti », ont déploré les responsables syndicaux, à la sortie d’une réunion d’information avec le personnel du tribunal.

Lors de cette rencontre, ils ont lu les 18 points de revendication adressés par courrier aux chefs de cour et de juridiction. Ils ont notamment souligné qu’ils allaient saisir le médecin de prévention afin de déterminer si sa saisine avait été effectuée. Ils ont aussi demandé l’établissement d’une fiche d’exposition à tous les personnels, sans prendre en considération leur position administrative, même ceux mutés ou retraités, qui permettra, en cas de cancer des années plus tard de faire le lien et de le faire reconnaître comme maladie professionnelle.

Hier après-midi, les représentants des syndicats UTG-CGT, CFDT, C-justice, Unité magistrature, FO-Greffiers de France, Syndicat de la magistrature, Unsa ont eu une réunion avec Patrick Chevrier, le président du tribunal de grande instance. Le principe de précaution a été reconnu et, en fin d’après midi, une vingtaine de personnes faisaient valoir leur droit de retrait qui prend effet aujourd’hui. Une réunion du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travailva se tenir à 14 heures au centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly. C’est le directeur du service pénitentiaire d’insertion et de probation qui va présider la réunion.

Bernard DORDONNE

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
4 commentaires
2 commentaires