• S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
MANA

Accident mortel : la question de l'hélico des pompiers relancée

Sébastien ROSELÉ Mardi 23 juillet 2013
Accident mortel : la question de l'hélico des pompiers relancée
Sur les lieux de l'accident, mercredi après-midi. Un poids lourd a percuté un car. Une jeune femme a péri (SR)

Une jeune Parisienne a péri dans un accident de bus, mercredi dernier. Ce drame relance la nécessité d'un hélico pour les pompiers.

Dans l'avion qui l'emmenait à Camopi, le 9 mars dernier, Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur, avait été on ne peut plus clair. « Je souhaite qu'avant l'été le Sdis (service départemental d'incendie et de secours) de Guyane soit doté d'un hélicoptère. » (1) Avec le recul, on dirait bien qu'il s'agit d'une énième annonce qui ne sera pas tenue. Car, cet hélicoptère, tous les ministres de droite ou de gauche l'ont promis aux pompiers guyanais, depuis des années. On a bien relancé le cabinet du ministre de l'Intérieur à plusieurs reprises pour savoir s'il s'agissait d'une parole en l'air ou si l'hélico promis allait arriver. Aucune réponse.
L'accident de bus dramatique de mercredi dernier a relancé avec acuité cette question. Percuté sur la RN 1, à Mana, par un camion transportant une pelle mécanique, le car a été littéralement éventré sur son côté gauche. Une Parisienne de 21 ans, Sophie Morinière, a perdu la vie. Trois hommes ont été blessés grièvement. Le bus transportait des jeunes catholiques, venus en Guyane, avant de s'élancer pour Rio, pour participer aux Journées mondiales de la jeunesse (JMJ). Certains élus guyanais, Georges Patient en tête, se demandent si un hélico des pompiers n'aurait pas permis de sauver la jeune Sophie.
L'HÉLICO « N'AURAIT RIEN CHANGÉ »
Selon un expert guyanais, qui veut rester anonyme, l'hélico « n'aurait rien changé. L'appareil n'aurait pas pu la sauver. La victime était éventrée. » Et puis, disposer d'un moyen aérien, c'est bien. Mais pour le faire décoller, il faut « entre 10 et 40 minutes de préparation » . Sans compter les 40 minutes nécessaires pour aller jusqu'aux lieux de l'accident, distants de 194 km de l'île de Cayenne.
Pour autant, notre source ne considère pas qu'un hélico soit inutile aux pompiers. Au contraire. « Il leur aurait permis d'envoyer plus d'officiers et plus de médecins sur place. » Et de conclure : « C'est malheureux qu'il faille un drame pour que la question de l'hélicoptère soit relancée. »
(1) Notre édition du 11 mars.
- Routes : Antoinette écrit au ministre
Deux jours après l'accident de car, le sénateur Jean-Étienne Antoinette a écrit au ministre des Transports. Pas pour lui demander un hélico, mais pour lui demander d'agir pour les routes de Guyane. « Elles ne répondent plus, et ceci depuis longtemps, aux contraintes du trafic qui s'y développe et aux exigences de la sécurité routière » , commence par expliquer le maire de Kourou. Et l'élu de demander des nouvelles du projet de deux fois deux voies entre Cayenne, Rémire, Matoury et Macouria.
Ensuite le sénateur déplore la « très faible » participation financière de l'État en matière d'infrastructures en Guyane. Antoinette profite aussi pour demander des bornes d'appel d'urgences, d'autant qu'il existe « des zones blanches » où le portable ne capte pas. Enfin, via cette lettre ouverte, il relance la question d'une ligne ferroviaire dans le département. Avec l'hélicoptère des pompiers, il s'agit là de l'autre serpent de mer guyanais.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire

Vidéos

Voir toutes les vidéos