France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

À Zéphir, on fait de la résistance

Stéphanie BOUILLAGUET Mardi 17 septembre 2013
À Zéphir, on fait de la résistance
Des habitants des maisons individuelles de la cité Zéphir, accompagnés de représentants du Dal et de CLCV, hier sur la terrasse de Thérèse Arethas (SB)

Une vingtaine de locataires de la cité ont reçu une lettre de la Siguy les informant que leur logement allait être détruit. Mais ils n'entendent pas rester les bras croisés. À l'image de Thérèse Arethas, 85 ans.

Thérèse Arethas est en train de devenir malgré elle le symbole de la résistance au projet de la Siguy. « Je me suis engagée... à la vie, à la mort! » s'emporte-t-elle, assise dans sa maison de la cité Zéphir, à Cayenne. Cette petite dame au regard vif s'est installée dans ce logement en septembre 1967, il y a 46 ans. Elle y a élevé ses quatre enfants tout en travaillant... notamment pour la Siguy.
Début août, elle reçoit dans sa boîte aux lettres une lettre de la société immobilière, dont le message tient en quelques lignes : « Dans le cadre de la rénovation de votre cité, le logement que vous occupez sera détruit » , est-il écrit. S'en suit la description des démarches à accomplir pour entrer en contact avec une assistante sociale de la Siguy, « qui devrait permettre votre transfert dans les meilleures conditions » .
« PAS D'ENTRETIEN »
Un transfert où ? Comment ? Pourquoi ? Thérèse dit n'en avoir pas la moindre idée. « Ici, ce n'est pas insalubre, déclare Mario, son fils. L'entretien n'a pas été fait convenablement par le bailleur, mais il n'y a pas d'insalubrité. » Avec sa soeur Maryse, ils ont décidé de créer une association pour défendre les riverains. Une vingtaine de familles seraient concernées, toutes locataires des maisons individuelles situées à la première entrée de la cité. Cette Association des résidents de Zéphir (ADRZ) a rapidement reçu le soutien de Droit au Logement-bloublou fini et CLCV Guyane (1).
D'AUTRES ACTIONS À VENIR
L'association demande en premier lieu d'être réellement informée sur le projet de la Siguy. Une réunion prévue vendredi dernier n'a finalement pas pu avoir lieu, pour des confusions d'horaires, semble-t-il. Les riverains souhaiteraient également être impliqués dans le projet. Beaucoup demandent que la Siguy revienne sur sa décision et espèrent qu'ils pourront acheter le logement qu'ils occupent depuis des années.
Les associations Droit au logement et CLCV se disent, elles, prêtes à aller plus loin. Comme occuper les locaux de la société immobilière si rien ne bouge. Nous avons sollicité hier la Siguy, sans résultats.
(1) Association Consommation Logement Cadre de vie.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire