• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
MINIER

44 propositions contre l’orpaillage illégal

François-Xavier Guillerm à Paris Vendredi 23 Juillet 2021 - 12h23
44 propositions contre l’orpaillage illégal
Un exemple frappant de déforestation lié à l'exploitation irraisonnée des richesses de la forêt - Shutterstock

Diplomatie avec le Suriname, mais aussi la Chine, traçabilité de l'or, fusion des efforts des luttes contre la pêche et l'orpaillage clandestins, patronage de l'exécutif... le rapport de la commission d’enquête parlementaire sur la lutte contre l’orpaillage illégal propose de changer de doctrine en confiant au chef de l’État ou au Premier ministre son pilotage. il sera publié le mercredi 28 juillet.

 La commission d’enquête parlementaire sur la lutte contre l’orpaillage illégal en Guyane a adopté à l’unanimité de ses membres, le mercredi 21 juillet, le rapport établi par le futur ex-député Gabriel Serville. Les 44 propositions qui en composent sa deuxième partie seront très prochainement soumises au gouvernement pour améliorer la lutte contre ce fléau. La première partie est un état des lieux qui rappelle qu’il peut y avoir plus de mille sites clandestins exploités au même moment, qu’une commune comme Papaïchton a pu connaître en un an une hausse de 90 % du nombre de sites illégaux ou encore que 10 tonnes d’or sont volées chaque année à la Guyane moyennant quoi des centaines de kilos de mercure y sont répandus dans la nature et la chaîne alimentaire…

« Une situation inquiétante pour les habitants du haut-Maroni dont beaucoup sont infectés au méthyl-mercure » selon Gabriel Serville. L’orpaillage illégal, c’est encore l’équivalent de mille terrains de foot déforestés par an, 500 à 750 millions d’euros de manque à gagner et encore une dépense supplémentaire de 70 millions d’euros pour l’État avec cinq cents militaires engagés dont  trois cents sur le terrain en permanence…

La deuxième partie du rapport détaille à travers ses 44 propositions les moyens de contenir le phénomène et à terme de l’éradiquer. Sans pour autant renoncer au concept d’éradication, le rapporteur Serville indique que les moyens humains, matériels et financiers ne pourront être mobilisés d’un seul coup, eu égard au caractère « colossal », « monumental » du travail à accomplir.

Pour commencer, trois propositions priorisent la lutte et la positionnent comme une « priorité nationale ». Ainsi la proposition2 vise à confier le pilotage de la lutte à l’Elysée ou Matignon avec la création d’un poste de conseiller dédié. La numéro 3 vise à transformer l’état-major de la lutte contre l’orpaillage et la pêche illégale en une force d’intervention intégrée afin de bénéficier pleinement des complémentarités et des synergies de l’ensemble de ces acteurs. La proposition n°5 vise quant à elle à transformer l’observatoire de l’activité minière en une autorité administrative indépendante basée à Cayenne. « Cela renforcerait la transparence de ses actions et sa crédibilité », explique le rapporteur.
Contenir avant d’éradiquer
Il s’agit donc d’un changement de doctrine avec cette idée d’un pilotage national et non plus guyano-guyanais. « Ce que l’État a fait à Notre Dame des Landes, a indiqué Gabriel Serville, en envoyant 2000 gendarmes contre 2 ou 300 zadistes pacifiques, il doit savoir le faire sur le sol guyanais ».

Reste que ce rapport n’est qu’un rapport et que d’ici à ce que loi vienne traduire concrètement ces propositions, le temps risque de passer au moins jusqu’aux prochaines présidentielles et législatives. « Les propositions les plus importantes, précise le rapporteur, doivent d’abord être mises en œuvre : à savoir le renforcement des effectifs, le remplacement des appareils militaires vétustes, l’intégration des chefs coutumiers dans le maillage entre les populations locales et les forces armées, le démantèlement des bases logistiques, un travail de diplomatie avec la Chine pour enrayer les filières d’approvisionnement de matériels d’extraction ou avec le Suriname auquel le rapport propose à ce qu’il s’engage à interdire la vente de mercure. Une des propositions concerne la traçabilité de l’or intégrée dans la loi française mais pas encore au niveau international. Ce, dès que le BRGM sera parvenu à mettre au point le procédé qui permet de repérer si l’or a été extrait avec du mercure et son origine géographique… Le rapport préconise encore d’améliorer le renseignement et la couverture numérique du territoire. Sur la santé, il propose de modifier la nomenclature de l’Assurance maladie et de créer un centre de recherche sur les intoxications au mercure.

Il sera rendu public mercredi 28 juillet.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

Ti-Rex 24.07.2021
Paradoxe

Une chose m'étonne prodigieusement. j'oserai dire qu'elle me stupéfie ! Légal ou illégal, l'orpaillage est une activité économique exercée dans le cadre d'une "entreprise". Il existe donc des dirigeants pour gérer, administrer l'entreprise, pour mettre en place une organisation du travail et contrôler la logistique.

Force est de constater que jamais un de ces dirigeants n'a été inquiété, ni même nommément désigné.

Pour autant, les services de renseignement français ont démontré à maintes reprises leur savoir-faire et leur capacité à identifier, rechercher et "neutraliser" des dirigeants d'entreprises "terroristes", y compris jusque dans des grottes au fin fond du Mali.

Il y a là un curieux paradoxe... constamment éludé !

Répondre Signaler au modérateur
Garimpo 24.07.2021

Prochain Kombat carnaval ou pas carnaval ? Ahou Ahou .

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 24.07.2021
critiqueur

vous monsieur vous aimez bien critiqué le peyi j'ai remarqué! Deja le carnaval 2022 si ils essaie de confinez, va yavoir la revolution, on fera comme meme. Couvre feu ou pas. Deja cette annee on a foutu le zouk tout les weekend zone hibiscus lol. Marre de leur delire de diktature!

Répondre Signaler au modérateur
Garimpo 23.07.2021

...j’en remet une couche: on a même vu Trop violans devant le consulat du Brésil, exiger une entrevue avec le consul (Rien que ça ) pour une histoire de contrôle d’identité ( banal sur une frontière) ayant traumatisé une Guyanaise! Scandale ! Trop violans !
Et pas un mot sur les violans à mo peyi que sont péche illégale et orpillage ???

Répondre Signaler au modérateur
Garimpo 23.07.2021

Et la trop violans n’est pas ébranlé ? Guyanais intoxiqués par le mercure ( ça vaut bien le chloredeone ) destruction du peyi ( mo peyi, mo corp) et 10 tonnes d’or volés tous les ans ( ça fait combien de collèges ça ?) De vrais autonomistes se soucieraient de l’épuisement de la ressource, a minima, pour le futur...
10 000 Gariemperos sans papiers ( a oui, il faut lever les contrôles de Régina et Iracoubo)

Alors c’est quoi le problème ? Trop moun ka kroké ?
La malhonnêteté dans toute sa splendeur

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
3 commentaires
A la une
Coronavirus

Un kiné en colère

Propos recueillis par Christine GUICHARD - Mardi 28 Septembre 2021

Vous étiez président de l’Union Régionale des Professionnels de Santé secteur...

1 commentaire