France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Macouria / Vie locale

Des « quartiers d'été » familiaux à Macouria

S.Z. Jeudi 3 Septembre 2020 - 16h11

Des familles participant aux «quartiers d'été» de Macouria. - ville de Macouria

Bloquée en juillet par la situation sanitaire, la mairie de la ville a axé ses sorties de juin et d'août sur des activités qui mêlent parents et enfants.

« Plus de 680 personnes, dont 30% de parents » ont bénéficié à Macouria d'activités et de sorties gratuites dans le cadre des « quartiers d'été » de la Caf, rapporte, fier de cette réussite, Farouk Amri, directeur des services de la ville. Parmi les communes lauréates du projet, Macouria a voulu « proposer des sorties familiales, où les parents sont participants et acteurs », explique-t-il. Le but ? « Associer les parents, offrir des choses, à condition de jouer le jeu, d'être là. »
Visite au zoo et marais de Kaw

Des actions orientées vers « un public défavorisé, mais on avait aussi des familles de classe moyenne, au smic ». Pour ne pas « ostraciser » qui que ce soit, la ville a choisi de s'adresser aux quartiers prioritaires de la ville dans leur ensemble. Et les habitants ont répondu présents en masse, d'après Farouk Amri. « On était plein tous les jours, on a du refuser du monde. » En août, les heureux élus ont pu visiter les marais de Kaw, sortir au zoo ou aller faire du cheval à Montsinéry. Deux colonies de vacances, de deux et trois jours respectivement, ont également été organisées à Sinamary.
Une première pour beaucoup de familles

A Macouria même, la cultimathèque a animé des jeux de société et le club ado était actif « tous les jours ». « Pour 90% des familles, ça a été une découverte », assure le directeur des services de Macouria. « On a rendu des gens heureux, on a voulu casser la morosité ambiante ». En période de crise sanitaire, si des sorties offrent sans doute en effet un échappatoire bienvenu, il a fallu prendre des précautions. « Tous les participants étaient équipés de masques, les bus de 60 places n'ont été remplis qu'à 25 personnes », affirme la ville. Les sorties en piscine, comme toutes celles « avec des conditions sanitaires particulières » ont été écartées.
Pas de vacances apprenantes

Au moment de faire le bilan, le seul regret affiché de Farouk Amri est ne pas avoir pu proposer de vacances apprenantes. Du soutien scolaire a été proposé, avec une intervenante de l'association « les mots à portée de voix », mais le responsable aurait aimé y associer des enseignants. Sauf que, d'après lui, le rectorat est resté injoignable tout l'été, avec « uniquement des réponses automatiques » à ses tentatives de contact. Le directeur des services « pense que des professeurs auraient été ravis » d'aider, mais croit savoir « que personne n'a été sollicité ». Malgré cet écueil, la ville tire un solde très positif des « quartiers d'été » et appelle au renouvellement du dispositif et à « pérenniser les actions » engagées.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
1 commentaire
76 commentaires
53 commentaires
A la une

Vidéos

Voir toutes les vidéos