France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Vente d’Écomax : une société guyanaise se positionne

Pierre Rossovich & Angélique Gros Lundi 23 Septembre 2019 - 11h36
Vente d’Écomax : une société guyanaise se positionne
Le magasin Ecomax, à République, à l'heure de l'ouverture

La société SCGR vient de faire une offre de reprise des supermarchés discount Écomax des Antilles-Guyane, appartenant au groupe Ho Hio Hen. 

Le groupe Ho-Hio-Hen cherche toujours à vendre son enseigne de supermarché discount Écomax. En Guyane, dix magasins sont concernés et une soixantaine d’emplois en jeu. Pour toute la région Antilles-Guyane, cela représente pas moins de 60 supérettes.

La société d’import-export guyanaise SCGR vient de faire montre de son intérêt. Une offre de rachat a ainsi été transmise au groupe Ho Hio Hen pour l’ensemble des magasins Écomax de Guadeloupe, Guyane et Martinique. « Ce rachat a pour objectif prioritaire, de maintenir les emplois de Guadeloupéens, Martiniquais et Guyanais salariés de ces entités pour certains, depuis de nombreuses années, indique SCGR dans un communiqué. Ce rachat s’inscrit également dans la poursuite de notre engagement : lutter contre la vie chère aux Antilles-Guyane ».

L’offre du groupe basé à Matoury présente une particularité puisqu’elle propose à 60 entrepreneurs de devenir patron ou actionnaire d’un Écomax. On se dirigerait ainsi vers une forme de coopérative. « En donnant l’opportunité à 60 entrepreneurs issus de nos populations de prendre part à une aventure entrepreneuriale prometteuse, nous nous inscrivons dans une démarche novatrice, à contre-courant de logiques et pratiques historiques initiées par des mastodontes de la distribution, n’épargnant pas le portefeuille des habitants des trois départements », précise SCGR.

La société guyanaise s’est également positionnée pour récupérer l’activité de grossiste du groupe NG Kon Tia, en vente depuis plus d’un an (lire nos éditions précédentes). Le 25 septembre, l’Autorité de la concurrence devrait enfin statuer. « Ce serait idéal de récupérer cette activité de grossiste, on n’aurait alors plus à dépendre de partenaires, commente Xavier Clavel, directeur général de SCGR. Avec un tel outil logistique, nous pourrions faire baisser les prix de 20 %, ce qui changerait considérablement la vie des antillo-guyanais ». Le groupe Ho Hio Hen n’a pas encore répondu publiquement à l’offre des Guyanais. SCGR n’est bien sur pas le seul « sur le coup » pour racheter Écomax. Le groupe GBH ayant déjà fait une offre à Ho Hio Hen.

Ce projet de cession des 60 magasins d’Écomax implantés aux Antilles-Guyane intervient alors que le groupe martiniquais Ho Hio Hen a décidé il y a plusieurs années de vendre ses hypermarchés. Il a notamment réussi à se séparer de son Géant, à Cayenne, aujourd’hui devenu Hyper U, mais essaie toujours de vendre ses deux derniers Géant en Martinique et en Guadeloupe.
Rappelons qu’en juin dernier, l’enseigne Ecomax de Sinnamary avait déjà fermé ses portes. Deux des trois salariés avaient alors opté pour un licenciement économique et le troisième, un reclassement à l’Écomax à Kourou.
Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une