• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
CHEZ NOS VOISINS

Suriname : 25 mai 2020, le peuple plébiscitait Santokhi

Eric GERNEZ, à Paramaribo Mercredi 25 Mai 2022 - 08h11
Suriname : 25 mai 2020, le peuple plébiscitait Santokhi
Pre?sident Santokhi, son e?pouse Mellisa et vice-Pre?sident Ronnie Brunswijk (gauche)

Il y a deux ans, les élections exprimaient un lourd rejet de la politique de Bouterse et plébiscitaient le parti VHP de Santokhi. ‘’ Chan, qu’as-tu fait de ton talent ? ‘’

 Porté conjointement par un soutien au parti VHP à majorité hindoue, et par un rejet de la politique du NDP de Bouterse, le peuple du Suriname a porté de grands espoirs en Chan Santokhi. Un vent d’enthousiasme rendait possible le train de réformes indispensables pour redresser le pays. Cet instant magique à été perdu, l’étincelle n’a pas eu lieu. Communication maladroite ou absente, caisses vides, pandémie Covid, sont autant d’obstacles que ce jeune gouvernement à dû surmonter.
Grave crise économique
Le nouveau gouvernement de la coalition formée avec le parti ABOP de R.Brunswijjk, a trouvé une situation monétaire désastreuse. La crise de confiance dans le SRD, la monnaie nationale, a conduit à une dévaluation vertigineuse. 1 USD valait en juillet 2020 7 SRD, sa valeur est aujourd’hui de 20. Même si, depuis six mois, les taux des changes en devises se stabilisent, l’économie a été durement touchée. L’inflation observée de janvier 2021 à janvier 2022 est de 60%, les salaires n’ont pas évolué en proportion et faire ses achats de subsistance alimentaire relève de plus en plus du défi, y compris pour les classes moyennes.
Salaire horaire = 1 L. d‘essence
Le salaire horaire minimum des employés de la société FAI (banane), a été porté à un montant compris entre 20 et 25 SRD (1 euro=21.50 srd), suite à des pressions syndicales et à l'intervention du Vice Président Brunswijk. Il était de 8 SRD… Peu après, les négociations au niveau national ont fixé le salaire minimum horaire à 20 SRD, soit 93 cts d’Euros. Exceptions autorisées comme pour certains secteurs spécialistes de la paupérisation, gardiennage et personnel de maison.

Dans le même temps, le litre d’essence est à 22.50, soit plus d’un euro. Pour un salaire de base, un plein de voiture coûte une semaine de labeur. Mais qui à une voiture s’il est au salaire minimum ?
L’intervention du FMI
Soumis à une pression énorme de remboursement de dette et de redressement financier, le gouvernement n’à eu d’autre choix que d’appeler le FMI à l’aide. Après d’âpres négociations, celle-ci s’est concrétisée. Le pays à reçu le satisfecit du fond monétaire après la première tranche de mesures et les financements vont se débloquer pour les suivantes. Cette politique impose cependant des conséquences sur le pouvoir d’achat et contribue aux difficultés quotidiennes. Le meilleur est à venir avec les suppressions des subventions du prix de l’électricité et du gaz.

Le peuple du Suriname est en panne de rêves. Le gouvernement arrive à mi-mandat, si l’on considère que, sur cinq ans, la dernière année (2025) sera électorale. De grand défi doivent être vaincu rapidement, le peuple est dans l’attente d’un mieux-être, après deux années de patience et de résignation. L’or, le pétrole et le gaz seront les moteurs de l’économie des dix prochaines années. Le cadre de leur gestion doit être expliqué de manière plus claire. Le Suriname est à une croisée des chemins de sa jeune histoire. Il est urgent que l’image de l’horizon à bâtir ensemble devienne concrète.

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
1 commentaire