France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Un concours national sur l’esclavage : « La Flamme de l’égalité »

Jeudi 20 juin 2019

Dans l’édition du mardi 18 juin de FA Guyane, un enseignant d’histoire-géographie du lycée Damas « veut faire avancer les choses » et demande la création d’un concours national sur l’esclavage : « Je veux que l’État mette en place un concours national sur l’esclavage, pour ne pas oublier. » « Ce projet serait une parfaite concrétisation de l’article 2 de la loi Taubira […]. »

Une fois n’est pas coutume, les souhaits d’un enseignant ont été exaucés par sa hiérarchie avant même qu’il les ait formulés ! En effet, depuis quatre années déjà, il existe un concours national très officiel et largement médiatisé sur l’histoire de l’esclavage, intitulé « La Flamme de la liberté », organisé – excusez du peu – par le ministère de l’éducation nationale, le ministère de l’Outre-mer, la DILCRAH (Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT), le Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage (CNMHE) et la Ligue de l’enseignement.

Cette année, les lauréats de la 4e édition – qui a connu un grand succès – ont reçu leurs diplômes dans les jardins de Luxembourg des mains du président de la République, du président du Sénat et du ministre de l’Éducation nationale.

Les enseignants peuvent même déjà s’inscrire et remplir un dossier de participation en ligne pour la 5e édition 2019-2020 qui s’ouvre en septembre prochain, sur le site du concours national : https://laflammedelegalite.org/

À noter que le concours régional annuel « Le Jeune Historien guyanais », organisé en Guyane depuis six ans par l’Association des professeurs d’histoire-géographie de Guyane, avec le soutien de la Région puis de la CTG, avec près de 3 000 candidats, rassemble autant de participants sur notre territoire que le concours national sur l’ensemble de la France.

Un choix régional et national est donc, chaque année, accessible très facilement aux enseignants qui souhaitent s’impliquer avec leurs élèves dans cette démarche historique et patrimoniale.

Philippe, de Cayenne

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
3 commentaires
A la une