France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

No limit, no respect

Mardi 23 avril 2019

Jeudi soir, veille de pleine lune… Roura, théâtre d’une scène apocalyptique, improbable, impensable, innommable.

La photo (FA Guyane du 20 avril) parle d’elle-même : cette jolie maison créole, fierté historique du bourg, dévastée par des cocktails molotovs.

Sommes-nous en état de guerre ?

Entretemps : « Bang ! Bang ! » Tout près, rue du Calvaire (glauque prémonition), on tire sur deux personnes. Et de surcroît, on met en joue un vieil homme, le grand-père du jeune recherché, l’ancien maire de la commune. No respect !

No limit ! La violence a atteint son paroxysme !

On assiste à un remake de Scarface…

Des pratiques d’une autre époque : expédition punitive, avec en filigrane une probable histoire de drogue — cette poudre blanche pour laquelle une partie de notre jeunesse désœuvrée se voue corps et âmes !

Le choc des photos ? L’histoire d’une vie, d’une famille, partie en fumée en quelques minutes ! Inhumain ! Un avertissement inquiétant : trois jeunes armés, encagoulés et munis de bidons d’essence.

Le maire de Roura, souligne, à juste titre, l’extrême violence de l’acte : « Tous les feux sont au rouge… C’est de la dynamite ! »

Un tel événement dans une commune calme, à quoi peut-on s’attendre dans nos quartiers sensibles où la moindre étincelle mettra le feu aux poudres ? La vie n’est pas un film, mais la Guyane est devenu le pitch favori des scenarii les plus violents et la plateforme d’un trafic de grande ampleur !

C’est l’escalade ! Stop ! On ne touche pas un « ancien ». On ne brûle pas une maison : un niveau d’immoralité qui dépasse l’entendement. Cabale criminelle, délinquance « mondialiste », jusqu’où iront-ils la prochaine fois ?

Luz Mwinda

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
1 commentaire