France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Ils veulent quoi au juste

Samedi 01 juin 2019

J’observe une nouvelle fois que, dans notre chère Guyane, certains marchent sur la tête ou n’ont pas conscience de la réalité et suivent sans comprendre. J’ai entendu beaucoup de choses sur Montagne d’or. Des chiffres, en veux-tu, en voilà. Des gens qui n’ont aucune compétence dans le domaine aurifère. Des écologistes qui viennent de l’extérieur nous dire ce que nous devons faire et une fois leurs speech terminé reprennent l’avion et ne savent même plus si la Guyane existe. N’oublions pas que ces gens défendent leurs intérêts politiques.

Prenons le cas de Mélenchon. Venu en Guyane pour soutenir un candidat, il nous a raconté toutes sortes d’histoires et, de retour dans l’Hexagone, pas un mot concernant la Guyane... J’entends souvent dire : prenons-nous en main. Mais finalement, ce sont toujours les autres qui décident à notre place.

Certains de nos compatriotes ne veulent pas non plus de l’industrie pétrolière. Dernièrement, un groupe privé chinois s’intéresserait à la pêche en Guyane, avec des fonds propres, sans subventions. Ça fait aussi polémique.

Donc si je comprends bien, dans ce pays, aucune industrie n’est possible et ces mêmes gens demandent le développement du pays ! Mais je voudrais rappeler qu’aucun pays ne s’est développé sans industrie. Que tous ces gens qui viennent de l’extérieur nous dire ce que nous devons faire vivent dans des pays industrialisés avec des équipements et des structures de grandes puissances. Que nous, nous sommes un pays sous-développé et, comme dit avec raison le président de la Collectivité territoriale, la Guyane ne se développera pas avec des fonctionnaires et la commande publique. Le pétrolier s’en va ; la mine se meurt ; on veut déjà que le pêcheur chinois se fasse hara-kiri. Et pendant ce temps, l’industrie minière illégale prospère dans un silence assourdissant de pseudo-écologistes. Guyane, mon cher pays, je ne sais pas où tu vas mais tu vas y arriver.

L’Observateur

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

dtc97300 04.06.2019

De base, votre analyse ne tient pas : quand entendrez-vous que la Guyane n’est pas un pays ? C’est une région sous perfusion où personne ne veut bosser sauf dans les collectivités locales avec la famille. Vous observez bien mal malgré votre signature.

Répondre Signaler au modérateur
antcorp 04.06.2019
nou bon ka ça

c'est pourtant simple,on veut des subventions sans condition ni droit de regard

Répondre Signaler au modérateur
973Cayenne 02.06.2019
clairvoyane

Je suis tout à fait d'accord avec vous : en Guyane on veut tout et son contraire et ensuite on se plaint que rien ne se fait !!!

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une
4 commentaires
2 commentaires