France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Extractivisme, quand tu nous tiens

Mardi 05 février 2019

Partisan de l’extractivisme minier terrestre et maritime, le président de la CTG se félicite du rejet du référé contre les forages de Total.

C’est son droit le plus absolu.

Même si d’après un sondage Ifop, 70 % des Guyanais désirent un autre choix de société, conscients de ce qui se passe actuellement tant du coté du Venezuela, ruiné pour avoir tout misé sur la rente pétrolière, que du Brésil, dont deux des principaux fleuves sont pollués pour des siècles par la coulée de millions de mètres cubes de boues toxiques.

La démocratie autorise des points de vue entièrement différents.

Par contre, est-ce du devoir d’un président de diviser la société en prétendant que des « personnes essentiellement extérieures » ont comme seul but de prendre la Guyane « en otage » en se moquant du chômage affectant la jeunesse sous « de fallacieux prétextes de protection de l’environnement » ?

Faut-il rappeler au président que les ONG sont composées avant tout de citoyens responsables, majoritairement bénévoles, pères et mères de famille, d’origines diverses effectivement, mais unis fraternellement et œuvrant ensemble pour le bien-être des générations futures et contre le risque de dépeçage et de pollution de la Guyane par des multinationales « essentiellement extérieures au territoire ».

Ce président qui semble nier les risques liés au réchauffement climatique ne devrait-il pas, au contraire, organiser des séances de travail autour de la plaquette diffusée par le collectif Or de question — dont il ne peut ignorer l’existence — proposant le développement de 25 filières pour un développement alternatif, local, durable et respectueux de l’environnement et de l’humain ?

P. Monier

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une
2 commentaires
1 commentaire
1 commentaire
1 commentaire