• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Un reportage de Sept à Huit sur le phénomène des mules tourné en Guyane

F.P Lundi 28 Septembre 2020 - 16h14
Un reportage de Sept à Huit sur le phénomène des mules tourné en Guyane
Des ovules de cocaïne portés par une mule (photo d'archives)

L’émission Sept à Huit de TF1 était en Guyane pour le tournage d’une émission sur le phénomène des mules. Le maire d'Apatou Paul Dolianki, arrêté avec une valise contenant de la cocaïne au mois d'août dernier, a accepté de témoigner dans l'émission qui sera diffusée en octobre. 

Tournage sur l’ouest Guyanais 

C’est dans le secret d’une enquête journalistique que la célèbre émission de TF1, qui fêtera ses 20 ans cette année et connue pour ses reportages et ses interviews du dimanche soir, vient de passer deux semaines en Guyane.  

Alors que le phénomène des mules est étendu à toute la Guyane, c’est à Saint Laurent-du-Maroni et tout au long du fleuve Maroni que les projecteurs se sont tournés. 

L’enquête devrait être diffusée aux alentours du 18 octobre et comptera de nombreux témoignages. L’émission d’Harry Roselmack parlera d’un sujet qui, hasard ou pas, touche tristement la classe politique depuis un mois. 

Le maire d’Apatou se confie
 
Paul Dolianki a accepté de se confier dans l’affaire qui a récemment secoué sa commune. Le 15 août dernier, le maire d'Apatou était arrêté avec de la cocaïne et placé en garde à vue à Roissy. Il y explique sa version, ses faits et ses projets pour la jeunesse guyanaise touchée par le fléau de la cocaïne.  

Alors qu’il est sorti libre du tribunal de Créteil mais que l’enquête se poursuit, le maire d’Apatou jure son innocence et raconte le piège dans lequel il serait tombé.  

L’enquête a mené les producteurs de l’émission à rencontrer des mules, à s’immiscer dans des réseaux, entendre des victimes, tantôt à visage caché, parfois à visage découvert. L’émission nous montrera aussi des personnes qui combattent au quotidien, dans leurs discours et leurs actions, ce phénomène qui frappe la Guyane de plein fouet.  

Pour rappel, le rapport de la mission sénatoriale sur le phénomène des mules entre Cayenne et Orly a été adopté récemment à l’unanimité, alors que l’on estime sur chaque vol, à une trentaine de mules à destination de la métropole.  


Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

xxl 29.09.2020
IMMUNITE

CEUX DU FLEUVE ONT L'IMMUNITE PARLEMENTAIRE, SI C'ETAIT MOI JE SERAIS SUREMENT A FLEURY FRESNE OU AUTRE PRISON DE FRANCE ET DE NAVARRE, COUSIN COLABORATEUR SAUF POUR LA PRISON, merde alors.

Répondre Signaler au modérateur
zene973 29.09.2020

Une trentaine de mules par vol. C'est Air France qui se frotte les mains. Si vous ajoutez les EVASAN par manque de moyens hospitaliers, les politiques dont les billets sont payés par nos impôts, les "hauts" fonctionnaires de tout bord (y compris ceux de MEDETOM et divers..),il reste peu de places où la concurrence pourrait s'appliquer pour faire baisser les prix.
PS: j'ajouterais que la réforme des congés bonifiés qui au final multiplie les déplacements payés sur fonds publics, n'arrange pas non plus.

Répondre Signaler au modérateur
Féfé973 29.09.2020

Air France est subventionné par l'état de toutes façons donc dans tous les cas c'est de l'argent public qui revient dans l'escarcelle de la compagnie

Répondre Signaler au modérateur

Vidéos

Voir toutes les vidéos