France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
CULTURE

Une diva s’en est allée

Pierre ROSSOVICH & Samir MATHIEU Mercredi 30 Octobre 2019 - 03h15

Josy Masse s'est éteinte à l'âge de 82 ans. - DR

Afficher toutes les miniatures

Grande interprète de la chanson guyanaise, Josy Masse est décédée hier à l’âge de 82 ans.

Josy Masse nous a quittés. La native de Saint-Georges de l’Oyapock a représenté un pan entier de la musique guyanaise. Alors que ses parents lui prédisait une voie de chanteuse lyrique, c’est à la chanson créole qu’elle avait décidé de se consacrer, à une époque où ce n’était pas forcément bien vu. Josy Masse a alors enchaîné les albums de musique traditionnelle guyanaise, du grajé à la biguine. Certains de ses titres font aujourd’hui partie de notre patrimoine : Oyapock, Mo genyen chagren la tchò, Mo sò Paula, ou O baniso »…

Installée à Paris depuis 1958, Josy Masse ne s’est jamais détachée de sa région natale, où elle est régulièrement revenue se produire. Élégante, elle était aussi engagée, à l’image d’un de ses titres que l’on trouve sur un de ses derniers albums, On est tous des immigrés, écrit par Jean-Paul Tucky sur une musique d’Yvan Rollus. « Le plus beau texte qu’(elle) n’ait jamais entendu », disait-elle. Tour à tour comédienne (elle a notamment joué dans le film Orpailleur de Marc Barrat), danseuse et chanteuse, elle a connu les plus grandes salles parisiennes comme l’Olympia, le Lucernaire ou encore le Palais des Congrès. Elle laisse aujourd’hui des chansons intemporelles, quelques fois teintées d’humour, sans langue de bois et toujours avec classe.

Géro Hygin : « Une voix puissante et unique »

« Nous nous étions rencontrés en 2014 lorsque je montais le spectacle Carré d’or, avec Tonton Jo et Ralph Tamar. On a tout de suite eu un très bon contact. Nous mangions ensemble lorsque je me rendais à Paris. Josy Masse mettait tout le monde d’accord sur sa voix, puissante et unique. On ne pouvait pas la confondre avec quelqu’un d’autre. Elle avait également un fort tempérament et tenait beaucoup au respect. Elle ne se laissait pas faire et était épidermique à la malhonnêteté ! Ses chansons font aujourd’hui partie du patrimoine guyanais. On perd une valeur sûre. »

Denis Duvigneau : « Elle avait la nostalgie du pays »

« J’ai pu travailler avec elle pour la collection Kolekt’Or. Nous avons pu récupérer ses deux plus grands succès des années 1960 : Oyapock  et O banisso, qui n’existaient alors que sur vinyle. Elle nous a fait l’honneur de participer au concert Kolekt’Or en décembre 2013. Je me souviens qu’elle m’avait raconté comment lui était venue la chanson Oyapock : à la fenêtre de sa maison parisienne, loin de la Guyane, elle avait la nostalgie du pays. Elle avait envie de tout lâcher pour revenir. Ce qu’elle ne fit jamais. Elle revenait régulièrement en Guyane par contre. Soit en privé, soit invitée en concert. C’est une artiste qui inspirait le respect. Une des rares que je vouvoyais ! Je l’ai eue au téléphone il y a un mois, elle me disait qu’elle revenait d’une maladie… On perd une grosse pointure de la musique guyanaise. »

La pochette de l'un de ses albums, sur lequel elle était accompagnée par le quintet Al Lirvat. Produit par Inter-Caraïbes - ARCHIVES

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

Keskimariv 31.10.2019
@dtc97300

Entièrement d'accord avec vous !
1958 ce n'est certainement pas l'année de naissance de celui ou celle qui a pondu cet article (MDR)

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 30.10.2019

Depuis 1958 à Paris. Une vraie Guyanaise pour nos illuminés...si on suit leur raisonnement, elle était plus parisienne qu'autre chose... Lol.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
4 commentaires

Amour Marceline : Roulé Kasé Kò

P.R. - Lundi 21 Octobre 2019

A la une