France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Nesly : "Il n'y a rien d'écrit d'avance"

Propos recueillis par Marlène Cléoma Mardi 10 Décembre 2019 - 11h10
Nesly : "Il n'y a rien d'écrit d'avance"

En attendant la sortie de son nouvel album, l'artiste aux origines égyptienne, martiniquaise et guyanaise était présente en juin dernier à la cérémonie des BET Awards, à Los Angeles, dans la catégorie Best New International Act. Une première pour une zoukeuse ! Actuellement en tournée, l'interprète de "Venus" sera en Guyane le 14 décembre prochain au Zéphyr.

FA Guyane : Après la Cigale à guichets fermés, vous enchainez avec la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane...
Nesly: Le live c’est mon exercice préféré, je suis très bien entourée, tout le monde fait sa part de travail. J’ai fait des concerts dans le Pacifique, l’Océan indien entre autres... Cela faisait quatre ans que je n’avais pas donné de concert à Paris. En Guadeloupe et en Guyane, c’est la première fois !
Une première en Guyane, dans quel état d'esprit êtes-vous?
Je suis confiante, mon répertoire s’est élargi entre temps, il y aura plus de titres que les gens connaissent, il y aura de belles surprises avec une équipe de choc.
À la Cigale il y a eu une première partie, avec de nombreux artistes, il y en aura-t-il une en Guyane ?
Ce n’est pas prévu, nous ferons avec les invités disponibles sur place. Mais vu que j’ai fait pas mal de featurings, il y aura certains de mes feats sur scène avec moi.


La tournée s’intitule Venus Tour, pourquoi Venus ?
Sûrement parce que c’est la déesse de l’amour, de la séduction. Nous allons retenir ça. (Rires).
Racontez-nous l’histoire de ce titre...
C’est une chanson qui met en avant la sensualité de la femme, lorsque je chante cette chanson, je commence toujours par dire « nous avons toutes une Venus qui sommeille en nous, à nous de la révéler ». Dans le clip, l’homme veut sortir avec ses copains et elle se dit "ça ne va pas se passer comme ça". Elle enfile une petite tenue sexy, elle passe devant lui... Lorsque l'homme veut sortir avec ses amis, il ne faut pas s’énerver, donnez juste à l’homme l'envie de rester à la maison avec vous !


L’amour et la sensualité sont au centre de votre musique alors que votre public est plutôt jeune
 
Pas spécialement, une chanson comme Besoin d’amour, c’est pour les 7 à 77 ans. Venus est plutôt pour les quadragénaires, elle peut être jouée à un mariage. Tout dépend de là où on se situe. De plus, lorsque je vais à la rencontre de mon public, il englobe tous les âges.
Vous avez collaboré avec de nombreux artistes, tels que Kamnouze, Riddla, Dj Arafat, Princess Lover, T Kimp Gee... Des univers différents les uns des autres. Vous vous adaptez à tout, votre musique est aussi métissée que vous ?
Je ne me prive pas et encore plus dans mon prochain album. Je n'oublie pas que ma base est la musique caribéenne, c’est culturel. Il ne faut pas s’enfermer et se catégoriser dans une case, la musique évolue et on ne peut pas se permettre de faire tout le temps la même chose. Il faut sortir de sa zone de confort. Des fois ça va marcher, d’autres fois ça va moins plaire mais ce n’est pas grave, il faut y aller.
Avez-vous déjà refusé des collaborations ?
Oui, il faut que ça me plaise musicalement, humainement. Je ne peux pas travailler avec quelqu’un que je ne sens pas. Dans tous mes duos je me sens bien, même sur scène cela se voit.
Le succès est au rendez-vous, ça s'est enchaîné très vite pour vous. Comment le vivez-vous au quotidien ?
C’est vous qui pensez que c’est arrivé rapidement. J’ai 28 ans, et cela fait très longtemps que je chante. Il y a eu énormément de travail, cela fait dix ans que j’ai commencé à enregistrer des chansons. Mais je faisais déjà de la musique, même si je ne prenais pas spécialement au sérieux. Je faisais des scènes gratuites entres autres. Les gens peuvent penser que le succès arrive vite mais non, il y a énormément de travail derrière.
Nefertiti, signifie «la belle est venue». Finalement vous étiez née pour un destin pas comme les autres, c’était écrit....
Je ne considère pas que tout était écrit d'avance. On me disait ça quand j’étais petite et, je me disais "c’est de la triche, on sait déjà si je vais en enfer ou au paradis !" (Rires). Je n’étais pas d’accord et je ne suis toujours pas d’accord, il y a plus que ça.
Quel serait le graal pour vous ?
Vivre de ma musique le plus longtemps possible. Être l’une des rares artistes de la Caraïbe à avoir un disque d’or ou de diamant, de platine.


Vous étiez récemment nommée aux BET Awards... vous vous y attendiez ?
Absolument pas ! Surtout qu’avant moi, il n’y avait pas d’artiste antillo-guyanais à être nominé. Dernièrement, il y a eu Kalash aussi. C’était une belle aventure.
Puisqu'une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, vous venez de signer chez Sony. Comment cela s’est fait ?
A cette période j’ai eu au moins trois quatre propositions, je ne comprenais pas vraiment pourquoi... J’ai rencontré tout le monde, je me sentais plus en phase chez Sony. Lorsque les maisons de disques vous signent, elles oublient que vous avez déjà une identité. Nesly existe déjà, j’ai une carrière, je ne veux pas que l’on me transforme en quelqu’un d’autre et qu’on me fasse faire une musique qui ne me correspond pas. J’ai beaucoup réfléchi, j’ai parlé avec eux, je voulais voir si nous étions sur la même longueur d’onde, voir s’ils allaient respecter l’identité Nesly...
Vous dites avoir dormi dans la rue, dans des escaliers, vous avez grandi dans des maisons d’accueil... Comment peut-on réussir lorsque l’on vient de cet univers ?
Le succès, c’est le déclic. C’est aussi le succès de certains titres comme Tu me manques qui m’a fait connaitre, mon premier clip avec Kamnouze aussi. Également de voir que des personnes croient en toi. Le fait de voir des personnes miser sur toi, tu n’as pas envie de les décevoir. On se dit, « vas au boulot, même si tu ne sais pas où ça va t’emmener mais essaies ».
Vous vous sentez plus Guyanaise, Martiniquaise ou Égyptienne ?
Je ne peux pas choisir entre mon père et ma mère ! Même si je n’ai jamais connu mon père. Donc, pour répondre, je n’ai pas la culture égyptienne mais je conseille à tous de découvrir ce pays. La Martinique ou la Guyane ? J’aime les deux !
 
Nesly Venus Tour Guyane
le 14 décembre à 20h au Zéphyr. Ticket à 20€ en vente sur Bizouk

 
 




Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème

HB King : Love vibrations

P.R. - Jeudi 28 Novembre 2019

• En streaming •...

A la une