France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Concert

Lyricson : "Mon combat, créer un pont entre l'Afrique et les Antilles-Guyane"

Propos recueillis par Pierre Rossovich/Photos : Droits réservés Vendredi 14 Juin 2019 - 03h05
Lyricson : "Mon combat, créer un pont entre l'Afrique et les Antilles-Guyane"
LYRICSON - DR

Le chanteur Lyricson sera demain la tête d’affiche de l’événement « Night & Day Pon Di River », organisé par Doubout Collectif et Yana Link Up. Artiste reggae originaire de Guinée-Conakry, Lyricson a fait ses débuts professionnels dans la musique il y a plus de vingt ans en Martinique. Il enregistre alors des titres à succès comme « Night & Day », « Bad load », « Wood and steel »… Au niveau national, il se fait un nom en participant aux tournées du groupe Assassin ou de Manu Chao. Depuis, le chanteur a sorti huit albums, dont le dernier Get ready, en octobre 2018.

C’est votre première fois en Guyane, quelles sont vos impressions jusque là ?

Ce qui m’a touché en Guyane, c’est un vivre-ensemble apparent. Je dis apparent car je n’ai pas passé assez de temps ici pour vraiment connaître les réalités sociales du pays. Vous avez une nature merveilleuse, profuse. Je me sens dans un lieu presque sacré, le « poumon de l’humanité » comme on dit. Ça ressemble à chez moi, mais la nature est encore plus dense. C’est impressionnant.

L’histoire de la Guyane est-elle connue en Afrique ?

Malheureusement l’histoire et les particularités de la Guyane ne sont pas connues en Afrique. Je trouve ça dommage car l’histoire de la Guyane fait partie de l’histoire de France. Et vu que nous Africains, nous connaissons l’histoire de la France, nous devrions donc avoir une meilleure connaissance de celle de la Guyane. J’ai appris sur place l’histoire des Bushinengue et beaucoup d’autres choses sur la Guyane. Un de mes combats est de créer un pont entre l’Afrique et les Antilles, la Guyane et tous les afrodescendants.

Vous avez chanté à Saint-Laurent pour la commémoration de l’abolition de l’esclavage. En quoi est-ce important ?

J’étais en effet à Saint-Laurent samedi dernier à l’occasion de la seconde abolition de l’esclavage, sur l’invitation d’Atipa records. J’étais très content d’être au bord du fleuve, c’était un instant magique. Concernant l’abolition, je pense que l’on a passé le stade de la reconnaissance de nos souffrances, de la tragédie en elle-même. Commémorer l’abolition est aujourd’hui une façon de rendre un hommage aux ancêtres, à ceux qui ont été arrachés de leur terre et emmenés de force, à ceux qui ont survécu et à leurs descendants. C’est un espoir pour l’avenir.

Un dernier mot ?

J’espère revenir bientôt en Guyane. Je repartirai avec une autre vision de cette partie du monde.

Points de vente : PHONE ADDICT, Rue des Balisiers, cité Thémire à Cayenne ; MUSIQUE ET SON à Family Plaza à Matoury. Première partie : Poemme, Jah Souldja, Dgils, Daz, Fabla. Mixé par Dj Krazyko et Dj Mad.

LYRICSON - DR

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

josy 14.06.2019
Preparez vos strings et guns

On voit déjà le genre.....

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème

Jahsik : Plata o plomo (freestyle)

Mercredi 31 Juillet 2019

Votre TV Mag

José Sébéloué : « Je suis né dans la...

Propos recueillis par Pierre Rossovich/photos : Kathryn Vulpillat - Mardi 30 Juillet 2019

Dans votre chanson « Avan Bazil pasé », vous évoquez votre envie de rentrer en Guyane....

Gayah : Sa Mo Ka Di Yé

Lundi 29 Juillet 2019

A la une