France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
MUSIQUE

Lion P : « Je me vois comme un Cristiano Ronaldo du dancehall »

Propos recueillis par Pierre Rossovich/Photos : Shaquille Design Mercredi 23 Octobre 2019 - 16h34
Lion P : « Je me vois comme un Cristiano Ronaldo du dancehall »

Lion P était récemment de passage en Guyane. Le chanteur qui vit désormais dans l’Hexagone sortira bientôt sa troisième mixtape. Il nous raconte son évolution.

Lion P, cela fait longtemps que tu n’étais pas revenu en Guyane. Qu’as tu fais pendant ce temps ?
Cela faisait trois ans que je n’étais pas venu en Guyane. Entre temps, je ne me suis jamais arrêté de charbonner. J’ai fait mon home studio chez moi à Orléans et j’ai enchainé les projets.
Tu sors ta nouvelle mixtape en décembre : « Young immigrants ». Pourquoi ce nom ?
Ce sera ma troisième mixtape après « No Limit » en 2014, produite par Jet 7 Ghetto et « Contraste » en 2017, produite par Tornes. J’ai appelé celle-ci « Young Immigrants » car je me sens un peu isolé dans la musique guyanaise. Je ne suis pas invité sur les grands événements… Je ne blâme personne, je le prend cool, mais je parle de ça. J’essaie de casser les frontières. C’est un projet 100 % dancehall, produit par Unstopable Muzik.

Est-ce que tu dirais que tu es sous-estimé ?
Oui je pense. Je ne le prend plus à coeur aujourd’hui. Je chante pour me faire plaisir. Je fais parler mon travail. J’aurais aimé faire plus de scènes. Mais je ne vais pas courir derrière les organisateurs. Je connais ma valeur.
Quels sont tes plus gros tubes ? Ceux que le public te réclame le plus ?
J’ai l’impression que chaque single remplace le précédent. À l’époque, c’était « 38 ou 22 », après ça a été « Ball & Gweh », puis « Manjé Gold », puis « Jacuzzi »… Chaque année, un tube remplace l’autre.
Et ton titre préféré personnellement ?
Je n’ai pas de préférence car je me surpasse à chaque son. Il ya trop de matière, trop d’inspiration. Je ne compare pas.
Tu prépares ton premier « vrai » album pour 2020 ?
Oui, l’album est déjà prêt. Il nous reste à masteriser les morceaux.
Quelle est la différence entre une mixtape et un album ?
Pou un album, tu sélectionnes vraiment des sons uniques. Une mixtape c’est plus pour faire plaisir à tes fans…
Comment évolue la scène guyanaise selon toi ?
Trop doucement selon moi. Mais c’est vrai que dans l’Hexagone on écrase tout. Il n'y a pas une soirée dancehall en France où tu ne vas pas entendre du dancehall guyanais.

PHOTOS : SHAQUILLE DESIGN
Tu as posé sur le dernier riddim de Dj Bryan avec « Up Top Boss ». Quelle est la définition de ce terme ?
Je me vois comme un boss. Comme Rick Ross par exemple. Ce n’est peut-être pas le meilleur rappeur du monde, mais il se comporte comme un boss. C’est une mentalité. Je suis un bosseur et j’affirme ma position.


Parmi la nouvelle génération dancehall, tu valides qui ?
Jaken, Killer, Jyou, Léackim, Venssy… Il ne faut pas les négliger. C’est l’avenir, ils vont nous remplacer. Ce n’est pas quand ils vont commencer à péter qu’il faudra les prendre en compte. D’ailleurs durant mon passage en Guyane, j’ai enregistré un titre avec Killer.
Tu chantes plus pour les filles qu’avant non ?
Avant je chantais essentiellement pour les « thugs ». Mais ils sont trop fous, les sons les chauffent et ils cassent les soirées ! (rires). Aujourd’hui je mélange. Je m’adresse aussi aux meufs, car ces sons là fonctionnent bien.
Est-ce que tu vas chanter plus de messages conscients à l'avenir ?
Je ne suis pas un messager. Je veux juste enjailler les gens. J’ai déjà fait des sons dit conscients, mais ça ne marche pas plus que ça. Ce ne sont pas ces titres la qui me font manger. Les gens veulent sortir et s’amuser. Je leur donne ce qu’ils veulent.
Ta voix est reconnaissable. Est ce que tu prend des cours ou est-ce un don ?
Je n’ai pas fait d’école de musique, je ne maîtrise pas le do ré mi. Ce qui fait la différence c’est le travail. Celui qui a un don c’est Lionel Messi. Tout ce qu’il va faire sera génial. Cristiano Ronaldo lui est obligé de travailler H24 pour atteindre ses objectifs. Je me vois comme un Cristiano Ronaldo, je dois me surpasser à chaque fois. On va dire que le Messi du dancehall c’est Poplane (rires).
Un dernier mot ?
Big up France-Guyane Musique pour le travail. Je vois tout à distance. C’est une force réelle. Roun lanmen ka lavé rot !

PHOTOS : SHAQUILLE DESIGN


Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
4 commentaires

Vos commentaires

Bandamanjak 24.10.2019

Le public Guyanais demande de la violence, de la haine et du sale donc il les sert sur un plateau d'argent. En soit, il n'est pas fautif... Pourra t-il durant son ascension faire des chansons positives... C'est un risque qu'il doit prendre.

Répondre Signaler au modérateur
alfredo 24.10.2019
C’est un vrai poète

En ce sens qu’il s’efforce De ciseler ses textes ( et ils ne sont pas nombreux car l’effet de mode rend les paroles souvent sommaires parce qu’elles parlent aux jeunes ainsi...) comme des bijoux ou au moins des émaux et camés.
Le rapport choeur-solo est bien travaillé aussi... donc il ne peut que progresser encore avec une voix maîtrisée.

Répondre Signaler au modérateur
Georges de Cayenne 24.10.2019

Frimeurs exhibant bouteilles d'alcool, bijoux en or, lunettes noires, grosses cylindrées. Il ne manque que de la cuisse féminine pour qu'on ait tous les éléments caractéristiques dans ce clip qui ressemble désespérément à tant d'autres. Un artiste qui semble apparemment fier de sa modestie !

Répondre Signaler au modérateur
mikeromeo 24.10.2019
Fichtre

Le mec se compare à Ronaldo.
On ne sait pas s'il en a le talent, mais il a l'air d'en avoir l'humilité et l'intelligence.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème

Amour Marceline : Roulé Kasé Kò

P.R. - Lundi 21 Octobre 2019

Clay Man : À l'ombre

P.R. - Jeudi 17 Octobre 2019

2 commentaires

Dj Bryan & Lion P : Uptop Boss (DAWG Riddim)

P.R. - Mardi 15 Octobre 2019

A la une