• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
FRANCE-GUYANE MUSIQUE

Jahsik vit sa meilleure « Life »

Propos recueillis par Marlène CLÉOMA Samedi 31 Juillet 2021 - 15h26
Jahsik vit sa meilleure « Life »
« LIFE » disponible sur toutes les plateformes de streaming et de téléchargement. - photo : Matojah

Jahsik, de son vrai nom Enzo Marimoutout, laisse parler sa plume sur son nouvel EP* « Life », disponible sur toutes les plateformes de streaming. Présentation.

Suite à la sortie d’un premier EP « Wait and See » en 2020, Jahsik revient déjà avec un nouveau projet de cinq titres, intitulé « Life ». Des morceaux qui vous feront danser malgré vous. Jahsik y déclame des textes traitant des thèmes classiques du dancehall : les femmes, l’argent, la violence ou encore les dérives de la vie, le tout avec le sens de la mélodie qu’on lui connaît.

Après avoir œuvré depuis longtemps dans l’underground guyanais, l’artiste s’est fait un nom et tente aujourd’hui d’exporter sa musique au-delà des frontières, comme en témoignent ses collaborations actuelles et futures. Il revient pour nous sur ce nouveau projet, son évolution, son nouveau rôle de papa, et sur ses projets à venir.
• Vous débutez presque tous vos titres par l’expression « Skant, mo di to mo loko ». Vous nous expliquez cette signature vocale ?

Il y a de l’anglais, du créole, de l’espagnol. Ça reflète la diversité de notre Guyane. C’est la sauce Jahsik et ça reste dans la tête de ceux qui m’écoutent.
• « Wait and See » en 2020 et « Life » en 2021. Il y a-t-il un lien entre ces deux projets… ou pas du tout ?

Oui et non. Il y a des similitudes entre certains titres, notamment deux titres qui se relient dans lesquels je parle de l’insécurité. Une insécurité encore plus présente aujourd’hui. Dans le premier EP, il y a un duo avec Mathieu White qui s’appelle « Love » et dans celui-ci il y a un titre qui s’appelle « Gimmi love » : je reste sur la même rythmique. Mais il y a une différence car « Wait and See » était très dancehall. « Life » est un peu plus trap.
• Vous avez réalisé de belles collaborations récemment…

Oui, dans « Wait and See », j’avais donc invité Mathieu White. Dans « Life » j’ai invité Pompis. Dans le prochain projet, il y aura le rappeur Kozi.

Il y a d’autres featurings prévus mais j’évite de donner des noms tant que ce n’est pas acté.
• Vous dites vouloir exporter votre musique, mais vous chantez presque exclusivement en créole. Est-ce que ce n’est pas un frein ? Ou vous êtes un adepte du « faire de ta différence une force, n’en fait pas ton excuse » ?

La communauté est très importante pour moi, je chante donc d’abord pour mon public. Pour moi, chanter en créole c’est une force et une chance, cela n’empêche pas de viser l’extérieur, d’autres le font et ça marche. Nous ne sommes pas obligés de travestir notre travail pour que cela fonctionne, il faut garder son identité même si nous sommes dans une génération de buzz. Je précise que dans mon premier projet, il y a cinq titres où je chante en français.
• Vous avez commencé à chanter il y a une dizaine d’années. Comment analysez-vous votre évolution ?

Il y a eu plusieurs étapes. Je me suis fait des amis mais aussi des ennemis. Il y a 10 ans, j’ai commencé avec mon petit réseau, il n’y avait pas énormément de buzz. J’ai connu des flops, pour mes premiers showcases par exemple, qui ont été bénéfiques dans mon évolution. J’y ai réfléchi, je me suis dit : soit j’arrête car la musique ce n’est pas pour moi, soit je persévère dans ce que j’aime. J’ai opté pour la deuxième option. J’ai travaillé car j’aime bien chanter pour mon public quand je suis sur scène, il faut que je leur donne le même rendu que quand j’enregistre en studio.
• Vous êtes devenu papa d’une petite fille il y a quatre ans, est-ce que cela change un homme, est-ce qu’il y a une influence dans votre art ?

Clairement ! J’ai gagné en maturité, elle m’a fait grandir. Quand je la regarde, elle m’émerveille. Je fais de mon mieux pour la protéger, je veux qu’elle soit fière de son papa. À l’avenir j’aimerais qu’elle soit dans mes clips, autre que mes clips actuels bien sûr.
• Avez-vous des scènes prévues ?

Oui pour bientôt à Paris, Toulouse et Troyes.
• Et en Guyane… ?

Avec le contexte actuel, je préfère attendre et éviter qu’il y ait des déçus.

*Disque d’une durée plus longue que celle d’un single et plus courte que celle d’un album.
 
« LIFE » disponible sur toutes les plateformes de streaming et de téléchargement. - photo : Matojah
 
Portrait chinois

• Si vous étiez un livre ? un livre fantastique.

• Un personnage de fiction ? un super-héros.

• Un mot ? Rêve.

• Un film ? Les gardiens de la galaxie.

• Une célébrité ? Jahsik.

• Un dessin animé ? La Cour de récré.

• Un super pouvoir ? Maîtriser le feu ou la glace.

• Une créature légendaire /imaginaire ?
Un dragon.

• Un jeu vidéo ? Red dead redemption.

• Une chanson ?
Hasta siempre sur Ernesto Che Guevara.

• Un style de musique ? Le dancehall.

• Un instrument de musique ? Le violon.

• Une photo ? celle du Mont Rushmore.

• Un art ? La musique.

• Un événement historique ? L’abolition de l’esclavage.

 
 
« LIFE » disponible sur toutes les plateformes de streaming et de téléchargement. -

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
A la une
Coronavirus

Un kiné en colère

Propos recueillis par Christine GUICHARD - Mardi 28 Septembre 2021

Vous étiez président de l’Union Régionale des Professionnels de Santé secteur...

1 commentaire